• Accueil
  • > Recherche : imoca safran

Départ J+1 semaine, arrivée H-…

9112014

Après une semaine très ensoleillée à Saint-Malo passée à finir leur préparation et répondre aux sollicitations, les 91 skippers de la Route du Rhum 2014, dixième du nom, sont rapidement entrés dans le vif du sujet, avec un départ musclé dimanche dernier à 14h00.

photos-et-videos-les-plus-belles-images-du-depart_4

Le départ de la route du Rhum 2014, dimanche 2 novembre à 14h00. (source:ouest-france.fr)

A l’heure où je publie cet article, la flotte, qui ne compte plus que 68 concurrents, est menée par Loïck Peron sur Banque Populaire VII. Le skipper français mène son maxi-trimaran de 31,5 mètres à toute allure vers Pointe-à-Pitre, la Guadeloupe n’étant déjà plus qu’à moins de 300 miles (un peu plus de 500 km), soit environ une journée de navigation ; Peron devrait couper la ligne d’arrivée cette nuit.

Loick Peron sur Banque Populaire VII, en tête de la Route du Rhum 2014 à moins de 1000 miles de la Guadeloupe.,

Loick Peron (Banque Populaire VII) est actuellement à moins d’une journée de navigation de la Guadeloupe.

 

Une première semaine difficile.

Les marins et les bateaux ont été durement éprouvés depuis le départ : on dénombre jusqu’à présent 23 abandons, généralement sur avarie, et parfois sur blessure. Plusieurs marins ont dû être hélitreuillés, le dernier étant Bob Escoffier (Groupe Guisnel) qui a connu une importante voie d’eau au large de l’Espagne en fin de semaine. En effet, les skippers ont eu droit à un premier coup de vent quelques heures après le départ au passage de la pointe Bretonne, avant d’attaquer la délicate traversée du Golfe de Gascogne. L’écart s’est vite creusé entre les différents bateaux, les maxi-trimarans de la catégorie ultime ayant été les premiers à passer sous l’anticyclone des Açores, une option que semble privilégier une très grande partie des concurrents.

VOILE : Route du Rhum - depart - 02/11//2014

Les multicoques dans la partie Nord de la zone de départ, dimanche 2 novembre 2014 au large de la Pointe du Grouin.(source:ouest-france.fr)

 

Retour sur le départ. 

Ayant eu l’occasion d’aller à Saint-Malo la semaine précédant le départ de la course, et ayant eu l’immense privilège (et je vous le souhaite pour les prochaines fois) de suivre le départ en mer, très bien placé au Sud de la zone réservée à la course, j’ai pu prendre un certain nombre de photos, dont voici un échantillon… (cliquez sur la photo pour agrandir).

La flotte des Class40 dans le port de Saint-Malo, Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2014

La flotte des Class40 dans le port de Saint-Malo, jeudi 30 Octobre 2014.

 

François Gabard (Macif), avant le départ de la Route du Rhum 2014.

François Gabart (Macif), vainqueur du dernier Vendée Globe, grand favori de la classe IMOCA.

 

IMG_3186

Dimanche 2 Novembre, 13h50. La flotte des monocoques évolue derrière la ligne de départ, à quelques minutes du coup d’envoi qui sera donné à 14h00.

 

IMG_3187

La flotte des monocoques, derrière la ligne de départ et la foule d’embarcation de suiveurs.

IMG_3189

Départ imminent au large de la pointe du Grouin; au centre, la bouée qui matérialise l’extrémité Sud de la ligne de départ.

IMG_3194

Quelques secondes après le top départ, la flotte s’élance. Les paquebots de la compagnie Britanny ferries accompagnent les premiers multicoques, au Nord de la zone de départ. Le meilleur départ est pris par Sidney Gavignet (Musandam – Oman Sail). Les petites taches noires dans le ciel, ce ne sont pas des mouches ou des oiseaux mais bien des hélicoptères, pour filmer la flotte.

 

IMG_3195

La flotte des monocoques s’élance également, Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur) en tête.

 

IMG_3197

En arrière plan à gauche, les multicoques. Au premier plan, les monocoques de la classe IMOCA, Vincent Riou (PRB) et Tanguy de Lamotte (Initiatives Coeur) en tête, suivis de Jérémy Beyou (Maître Coq), Marc Guillemot (Safran) et François Gabart (Macif). En retrait à droite, les class40.

 

IMG_3198

Quel est l’avantage de prendre un bon départ ? Ne pas être freiné par les vagues créées au passage des premiers voiliers et de l’armada des bateaux spectateurs.

 

IMG_3200

Bertrand de Broc (Votre Nom autour du monde, à gauche grande voile noire) et Louis Burton (Bureau vallée), skippers de bateaux 60 pieds moins récents, complètent la flotte des IMOCA, suivis des premiers class40.

 

IMG_3203

Les skippers filent droit vers le grain, ce qui nous donnent de belles image, et un petit coup de vent supplémentaire pour les concurrents.

 

IMG_3204

En arrière plan, les concurrents de la classe Multi50. Au premier plan, Armel Tripon (For humble heroes).

IMG_3205

Derrière, la flotte des Class40.

 

IMG_3210

Après le passage du grain, à hauteur de Saint-Malo, la flotte des IMOCA.

 

IMG_3212

Louis Burton (Bureau Vallée) et Tanguy de Lamotte (Initiatives Cœur).

 

IMG_3225

Vincent Riou (PRB) à hauteur de François Gabart (Macif). Le vent a légèrement tourné de Sud-Ouest à Ouest, ce qui va contraindre certains concurrents à virer de bord pour passer la bouée à Fréhel.

 

IMG_3236

Vincent Riou (PRB), déjà vainqueur du Vendée Globe en 2005, et de la transat Jacques Vabre en 2013, est bien parti pour jouer les grands rôles dans cette Route du Rhum. Hélas, la suite de la course est moins réjouissante pour lui: après avoir suivi de près François Gabart pendant les premiers jours de course, une avarie sur la cloison de barre d’écoute le contraint à rentrer sur Port-la-Forêt (29) où il choisit d’abandonner la course.

 

IMG_3244

Vincent Riou s’aligne sur cette édition de la Route du Rhum avec le même monocoque qu’il y a quatre ans, mis à l’eau en 2010 comme le Maître Coq de Jérémie Beyou (qui n’est autre que l’ex-Banque Populaire d’Armel Le Cléac’h, deuxième du dernier Vendée Globe, qui était à l’origine le Foncia de Michel Desjoyaux pour la Route du Rhum 2010). Le monocoque IMOCA le plus récent de la flotte est le Macif de François Gabart, mis à l’eau en 2011.

 

IMG_3245

François Gabard et Vincent Riou, déjà les plus rapides, à quelques miles du cap Fréhel que le skipper de Macif passera en tête, après les mutlicoques de la catégorie Ultime.

 

IMG_3247

Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine), skipper de la classe multi50, passe la bouée du cap Fréhel. C’est Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) qui a passé le Cap en toute première position suivi par Sidney Gavignet (Musandam – Oman Sail) et Thomas Coville (Sodebo Ultim’)

 

IMG_3254

Le Cap Fréhel.

IMG_3255

La foule massée sur les hauteurs du Cap Fréhel.

 

Voilà pour les photos, il y en aura peut-être d’autre plus tard, je n’ai pas eu le temps de toutes les mettre. Les arrivées vont vraisemblablement se succéder à Pointe-à-Pitre à partir de lundi. Si la victoire ne devrait pas échapper à Loick Peron, la bataille fait rage pour les places d’honneur. Les leaders des IMOCA et des multi 50 quant à eux ont dépassé la mi-parcours et des duels se déroulent pour les premières places, entre François Gabart (Macif) et Jérémie Beyou (Maître Coq) pour les IMOCA, et entre Erwan le Roux (Fenetréa-Cardinal) et Lalou Roucayrol (Arkema Région Aquitaine). Du côté des Class40 et de la catégorie Rhum, le chemin est encore long, mais les hiérarchies commencent à s’établir.

Julien BEHAGHEL

 




Répétition générale !

11112011

        Dans un an, jour pour jour, si tout se passe comme prévu, la quinzaine de participants au prochain Vendée Globe seront en train d’essuyer les premiers coups de vent du Golfe de Gascogne, à l’aube d’un tour du monde que seuls certains arriveront à boucler. Lors de la dernière édition en 2008, sur les trente voiliers au départ des Sables d’Olonnes, seuls 11 purent couper la ligne d’arrivée après au minimum trois mois de mer.

 Banque Populaire, le 60 pieds d'Armel Le Cléac'h, ex-Foncia de Michel Desjoyaux.

Le nouveau bateau d’Armel Le Cléac’h, 2e du Vendée Globe 2008/2009. Banque Populaire n’est autre que le dernier Foncia de Michel Desjoyaux, mis à l’eau l’an dernier.

Dans la majorité des cas, c’est la casse qui décidait de l’abandon. De multiples démâtages avaient eu lieu en effet lors de la descente de l’Océan Atlantique et dans la traversée de l’Océan Indien. Tout le monde garde en mémoire le sauvetage de Yann Eliès, blessé à des centaines de miles des côtes australiennes, qui put compter sur le soutien de Marc Guillemot alors qu’il ne pouvait plus bouger, couché à l’intérieur de son bateau. Si le Vendée Globe reste une course, où le classement a toute son importance, il possède une dimension supplémentaire du fait de sa difficulté extrème; réaliser un tour du monde en solitaire sur un monocoque de plus de 18 mètres, sans escales, et sans assistance !  Aller jusqu’au bout de l’aventure relève de l’exploit ! Et, pour beaucoup, être au départ aussi…

  Cheminées Poujoulat, le nouveau 60 pieds de Bernard Stamm, avec lequel le skipper suisse veut participer au Vendée Globe 2012.     

 Cheminées Poujoulat, le nouveau 60 pieds de Bernard Stamm, avec lequel le skipper suisse veut participer au Vendée Globe 2012.

  En effet, à un peu moins d’un an du départ qui sera donné le Samedi 10 Novembre 2012, seuls treize skippers sont officiellement inscrits. Douze autres, et non des moindres, cherchent encore des sponsors pour mettre en place un projet. Les inscrits ont pour certains d’entre eux des bateaux mis à l’eau cet été, comme le Cheminées Poujoulat de Bernard Stamm ou encore le Macif de François Gabart. Et pour tous, la Transat Jacques Vabre est l’occasion de faire une sorte de répétition générale avant l’échéance de Novembre prochain. Le départ a été donné le Mercredi 2 Novembre au Havre, direction Puerto Limon au Costa Rica. Ouverte aux voiliers de la classe multi50, de la classe IMOCA et de la class40, elle se court en double.

Départ de la Transat Jacques Vabre, 2 Novembre 2011, au Havre.

Départ de la Transat Jacques Vabre 2011 le 2 Novembre 2011 au Havre.

Durant la première semaine de course, la flotte a affronté plusieurs dépressions pour arriver au niveau des Açores, et nombreux sont les équipages qui ont déjà issé drapeau blanc, le plus souvent à cause de soucis techniques. Chez les multi50, ils ne sont plus que deux par exemple : Yves Le Blevec et Samuel Manuard sur Actual mènent largement devant Loic Fecquet et Loic Escoffier sur Maître Jacques. Beaucoup de dégats aussi chez les class40 et les IMOCA ;  Bernard Stamm et Jean François Cuzon ont été hélitreuillés en début de semaine, à cause d’une voie d’eau très importante sur Cheminées Poujoulat, le tout nouveau 60 pieds du skipper suisse.

Pour l’heure, les équipages ont droit à quelques moments de répis de la part de la météo, et les écarts se creusent entre certains : chez les IMOCA, Jean Pierre Dick et Jérémie Beyou sur Virbac Paprec 3, suivis de près par Alex Thomson et Guillermo Altadill sur Hugo Boss, possèdent une avance de plus de 300 miles sur le reste de la flotte. Mais la route reste encore longue…

Et encore longue était la route pour Marc il y a un an jour pour jour ! Lors de la Route du Rhum 2010, à bord de son class40 Ville de Saint-Grégoire, il venait de passer la latitude des Açores et pointait en 37e position dans sa catégorie. Passé au Sud de l’Anticyclone, il se retrouvait donc attardé par rapport au gros de la flotte des class40 qui était passé par le Nord, en prise à ce moment là avec une météo instable, une sorte de « Pot au noir » où orages, pétole et coup de vent se succédaient… Marc allait y avoir droit quelques jours plus tard, après avoir eu notamment une panne de moteur ! Quoi qu’il en soit, en ce 11 Novembre, il a envoyé un premier article, publié sur le site officiel de la course, où il confiait ses dilemmes stratégiques du moment…

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.
” Le Nord et le Sud ont toujours été mis en opposition sur notre bonne vieille Terre. Le problème Nord/Sud se retrouve au niveau climat, population, civilisation, saison, richesse… Et moi tout seul au milieu de l’océan, je rencontre le même problème : passer au nord ou au sud de l’HP ? Nord ? Sud ? Ce matin le logiciel de routage a fumé. J’ai même raté le petit déjeuner! En passant, je remercie Sodebo pour ses pains; ça ne vaut pas une baguette mais c’est appréciable quand on a la flemme d’aller à la boulangerie. De toutes façons, tout est fermé, c’est férié. Entre le routage, la vitesse réelle du bateau, la véracité des fichiers grib, les humeurs de l’HP d’un jour sur l’autre, de l’état de la mer, de l’âge du capitaine, de son intuition, de la position des petits copains même s’ils sont loin : à un moment il faut se décider !

Autoportrait de Marc, le 19 Novembre 2010. Les premiers class40 sont arrivés, Marc est à 5 jours de la Guadeloupe.

Et bien… c’est le Sud, bien que le routage soit plus favorable au Nord, mais je ne suis pas sûr de tenir les échéances imposées … et alors là, catastrophe d’après les fichiers ! Car l’HP se dirigerait plutôt vers le NE : je peux toujours m’échapper vers le sud où les alizés semblent se réinstaller, ou plutôt s’installer car ils avaient disparu. Par contre, ça allonge la route… mais, au point on en est !!
A part ça, ils ont remis l’eau chaude ; j’ai pu donc prendre une douche. C’est les pintades qui seront contentes car elles se plaignaient de quelques odeurs.
Aujourd’hui, je suis à la moitié de la longueur du parcours sur l’orthrodomie depuis Saint Malo : si je suis aussi lent que pour la première moitié, cela fera une arrivée dans 11 jours… ou plus ou moins… Les pintades aimeraient arriver assez vite car elles ont ouie dire qu’il y avait une cocotte minute dans le bateau et elles ne sont pas très rassurées.
Mauvaise nouvelles, la batterie de mon iridium est peut être HS…”

Répétition générale ! dans Actu pb240730

Voilà pour la séquence souvenir… Le class40 de Marc a récemment été vendu, bon vent à son nouveau skipper !

C’est ici l’occasion de remercier une fois de plus tous ceux qui se sont impliqués de près ou de loin dans le projet de Marc, ainsi que ceux qui lui ont prodigué de nombreux et constants encouragements, pour qu’il puisse aller jusqu’au bout de l’aventure !

Je n’ai plus trop le temps de mettre ce blog à jour, donc si vous souhaiter suivre l’actualité de la course au large, je vous conseille de compter sur d’autres sites web.

Les courses à suivre : – la Transat Jacques-Vabre

                                       – la Volvo Ocean Race, tour du monde par étapes en équipage sur des monocoques de 70 pieds, de Novembre 2011 à Juillet 2012. Pour information, c’est toujours l’équipage français de Groupama 4, mené par Franck Cammas, qui mène la flotte, pour une première étape reliant Alicante (Espagne) à Cape Town (Afrique du Sud).

                                       – le Vendée Globe, de Novembre 2012 à Février 2013

J.BEHAGHEL

 




Un Record, des records…

26062011

Alors que des milliers de lycéens ont planché pendant une bonne semaine sur les sujets hardus d’un Baccalauréat 2011 dont on espère un record de réussite, des records, il y en a eu de tous genres dans le monde de la voile avec deux évenements majeurs, la tentative de record du Tour des îles britanniques et la semaine du Record SNSM.

Safran en mer quelques jours avant la Route du Rhum 2010 (www.safransixty.com)

Ici en mer quelques jours avant le départ de la Route du Rhum – la Banque postale 2010, le monocoque IMOCA Safran.

En ce qui concerne la poursuite du record du Tour des îles britanniques, c’est chose faite pour l’équipage de Safran. Marc Guillemot et ses quatres hommes d’équipage, Yann Eliès, Loic Lingois, César Dohy et Didier le Vourch ont atteint leur objectif, à savoir battre le temps d’Aviva établi en 2007 par un équipage alors 100% féminin mené par la tourdumondiste britannique Dee Caffari. Safran a mis 6 jours, 9 heures, 48 minutes et 50 secondes pour boucler la boucle, du cap Lizard au cap Lizard d’Est en Ouest, soit 1 heure 42 minutes et 3 secondes de mieux qu’Aviva. Rappelons que Safran a réalisé cette tentative en compétition avec PRB. Malheureusement, Vincent Riou et Hugues Destremau ont été victime d’une avarie importante, la rupture de leur étai de solent après avoir roulé la voile qui s’était déchirée au niveau du point d’armure, en navigant dans des conditions météo musclées et une mer bien formée. Après un arrêt à l’abri des côtes irlandaises pour monter en haut du mat et libérer la partie haute de la voile, l’équipage de PRB, privé donc du solent, a finalement renoncé.

départ du Record SNSM à St-Nazaire.

19 Juin 2011, aux alentours de 19 heure dans l’Estuaire de la Loire : les 70 bateaux de la flotte du Record SNSM coupent la ligne de départ, du moins les plus rapides, le départ ayant été donné en deux fois.

Retournons maintenant du côté de notre bonne vieille Bretagne où s’est donc déroulée la semaine du Record SNSM 2011. Premier record, celui de la participation ! Près de 70 bateaux manoeuvrés par 364 équipiers ont pris le départ Dimanche 19 Juin devant le pont de Saint-Nazaire, un départ venté qui annonçait des conditions assez favorables à l’établissement de temps canons.

départ rapide pour Prince de Bretagne et Gitana 11 lors du Record SNSM.

Départ rapide pour les multicoques sur le Record SNSM 2011 : Prince de Bretagne, futur vainqueur en multi50, est bord à bord avec Gitana 11, le voilier tenant du titre. On distingue au loin la silhouette de Banque Populaire V, qui ne va pas tarder à les dépasser.

départ du ecord SNSM à St-Nazaire.

Le Record SNSM, c’est aussi la multitude d’amateurs éclairés et passionnés qui, sur des bateaux moins rapides, vont avoir le privilège de croiser à plusieurs reprises la route des grands multicoques et class40 !

Sans surprise, c’est l’impressionnant maxi-trimaran Banque populaire V skippé par l’équipage de Loick Peron qui a bouclé le premier son parcours, deux allers-retour entre St-Nazaire et Ste-Marine, en 11 heures 48 minutes et 30 secondes ! Arrivé le lendemain du départ vers 6 heures du matin, il a été suivi par Gitana 11, vainqueur tout récent de l’Armen Race et du Tour de Belle-île souvenez vous ! L’équipage de Sébastien Josse réalise aussi un chrono très honorable dans le sillage de Banque populaire V : 14 heures, 18 minutes et 45 secondes, soit près de 5 heures de mieux que l’an dernier !

Banque populaire V au départ du Record SNSM.

19 Juin 2011 en soirée: le maxi-trimaran Banque populaire V promène ses 40 mètres sur le plan d’eau de Saint-Nazaire au départ du Record SNSM, un départ pris en retrait par rapport aux autres concurrents… par sécurité !

Pour sa première course sur Banque populaire V, Loick Peron a apprécié : « Nous avons vécu un bien joli Record SNSM, de pleine nuit. On n’a rien vu ou presque : c’était gris et trempé … Il y a eu d’abord un départ un peu compliqué au milieu d’une flotte nombreuse. Avec une si grosse machine, sans moteur, on se sent un peu limite. On est donc parti extrêmement prudemment :  c’était la consigne. Il nous fallait accepter de partir de derrière, c’était d’ailleurs le meilleur moyen de finir devant. Et ensuite à l’attaque avec un  équipage  exceptionnel ! (…) On s’est beaucoup relayé au cours de cette nuit sans visibilité : toutes les heures, parfois même un peu moins, à la barre.  Ce sprint côtier, au cours duquel on croisé et rattrapé plusieurs fois la flottille du Record, exigeait une concentration extrême. » Les différents parcours proposés (voir article précédent) amenaient en effet les plus rapides à croiser et recroiser la flotte des 70 voiliers à plusieurs reprises, d’où la nécessité de rester très vigilant :  « Ce parcours réclamait une grande concentration des barreurs tout autant que des équipiers qui scrutaient en permanence les abords du bateau. La première descente entre Sainte-Marine et l’entrée du Chenal de Saint-Nazaire était assez rock’n’roll, nous avons croisé, à 25-30 noeuds toute la flotte avec une visibilité ne dépassant pas les 50 mètres ! Avoir un lièvre aussi rapide était vraiment stimulant. » nous raconte Sébastien Josse. 

Gitana 11 en termine avec le Record SNSM.

Arrivée de Gitana 11 au petit matin le 20 Juin 2011 à St-Nazaire.

A chaque catégorie ensuite ses vainqueurs, ses records, ses exploits, ses aventures. Certains abandons ont été à déplorer, notamment pour cause technique, François Angoulvant sur son class40 Fermiers de Loué ayant eu la malchance de déchirer sa grande voile, mais également pour cause gastrique, certains estomacs ayant été trop malmenés…

arrivée de l'équipage vainqueur en class40 conduit par Stéphane Le Diraison sur Bureau Veritas.

Bureau Veritas est le premier class40 à couper la ligne d’arrivée. Belle victoire pour Stephane Le Diraison et son équipage !

En multi 50, Lionel Lemonchois et son équipage de Prince de Bretagne l’ont emporté devant le Maitre Jacques de Loic Fequet. En class40, belle victoire pour l’équipage de Stephane Le Diraison sur Bureau Veritas. Après un peu plus de 21 heures de course, il l’emporte devant l’équipage conduit par Armel Tripon sur le Mombana de Damien Grimont, et devant l’équipage de Pierre-Yves Lautrou, sur l’Express-Sapmer, le voilier du skipper-journaliste qui avait eu la malchance de se faire aborder par un bateau de pêche au large du cap Fréhel quelques jours avant le départ d’une Route du Rhum 2010 à laquelle il n’avait donc pu, après une longue préparation, participer. Mais le marin et le bateau ont l’air d’avoir repris du poil de la bête, cette belle performance en annonce certainement d’autres !

le class40 L'Express-Sapmer coupe la ligne d'arrivée du Record SNSM, l'équipage de Pierre-Yves Lautrou se classe 3e.

Arrivée de L’Express-Sapmer de Pierre-Yves Lautrou le 20 Juin à Saint-Nazaire, 3e class40 du Record SNSM 2011.

Enfin, mention particulière pour un concurrent qui s’est lancé un défi assez particulier, à savoir réaliser l’aller-retour St-Nazaire - Ste-Marine… avec une planche à voile. Assisté dans son entreprise par une vedette, Martin Gavériau a bouclé les 180 miles de son parcours en 21 heures, 37 minutes et 25 secondes, soit une moyenne de plus de 8 noeuds, en ayant accompli une escale au Palais à Belle-île pour le plein de carburant de la vedette. Bel exploit pour ce jeune ingénieur adepte de la planche olympique !

Un record SNSM en planche à voile pour Martin Gavériau. L'exploit est grand !

Martin Gavériau en termine après plus de 21 heures de navigation.

Martin Gavériau peut souffler ! Il vient de faire l'aller-retour Saint-Nazaire - Sainte-Marine en un peu plus de 21 heures... en planche à voile !

Martin Gavériau peut souffler ! Il vient de faire l’aller-retour St-Nazaire – Ste-Marine en un peu plus de 21 heures… en planche à voile !

En ce qui concerne notre grain de folie, nommé alors BT concept pour la course, mené par l’équipage de Jérôme Douet, la course s’est très bien passée, avec au final un temps de 27 heures 37 minutes et 20 secondes, et donc une… dernière place, mais il faut rappeler que le niveau était assez relevé !

Au programme de l’Eté donc deux courses majeures se profilent au large de nos côtes, à savoir le Tour de France à la voile, qui démarre ce week-end, puis en Août la fameuse et très éprouvante Solitaire du Figaro. Elles ont en commun d’imposer à tous les skippers le même type de bateau (monotypie), à savoir le M34, monocoque de 10,34 mètres, pour le Tour de France, et les Figaro Bénéteau 2, monocoques de 10,10 mètres, pour la Solitaire. La monotypie ne s’applique pas seulement à la longueur: la surface des voiles, la largeur, le tiran d’eau, … Même le volume de liquide embarqué est reglementé, comme en témoigne le déclassement de Nicolas Luven, skipper du Figaro Béneteau 2 Generali lors de la Transat Benodet-Martinique en Avril. Arrivé en vainqueur en Martinique, Luven a été déclassé parce qu’il avait emporté à bord une gamelle isotherme pour maintenir ses repas au chaud ou réhydrater un plat lyophilisé, un contenant de liquide excédentaire puisqu’il avait dépassé la limite fixée des 25 litres de contenant liquide autorisés. Plus d’infos sur un article publié sur le site du magazine Voiles et voiliers.

Image de la solitaire du Figaro 2010, marquée par l'écrasante victoire d'Armel Le Cléac'h.

Départ d’une des étapes de la Solitaire du Figaro en Août 2010.  

Le Tour de France à la voile se déroule du 24 Juin au 25 Juillet. 16 équipages vont s’affronter sur plusieurs étapes, étapes consistant à rallier des « villes étapes » comme Calais, Dieppe, St-Quay-Portrieux ou encore Pornic et également à régater entre trois bouées à proximité donc de nos littoraux. Le but est ainsi de rallier le Nord à la côte d’Azur (avec transit routier pour éviter de faire le tour de la péninsule ibérique). Comme pour le Tour de France cycliste, il y a un classement général au temps qui consacre l’équipage vainqueur de l’épreuve au final. Plus d’infos sur le site de la course.

L'équipage de Safran-Multiplast est leader du Tour de France à la voile à l'issu des premières manches disputées à Dunkerque ce dimanche 26 Juin 2011.

Images des premières manches du Tour de France à la voile 2011, disputées cet après-midi à Dunkerque et dominées par l’équipage de Safran-Multiplast.

La Solitaire du Figaro, c’est le même principe, à ceci près que les skippers sont seuls sur leurs bateaux, qu’ils ne font pas le tour de France mais naviguent successivement entre différents ports des littoraux français, irlandais, espagnols… Les étapes sont beaucoup plus longues et donc moins nombreuses. Monument de la course au large, cette épreuve est très éprouvante; on n’est plus dans la régate en équipage mais vraiment dans la course au large en solitaire, dans des zones souvent mouvementées comme le Golfe de Gascogne ou assez dangereuses notamment lors des navigations à proximité des côtes au milieu des cailloux… De plus, du fait de la monotypie, la différence se fait selon le skipper, et non le bateau : l’audace, la résistance au sommeil et la persévérance sont autant de qualités à mettre en pratique lors de ces étapes pouvant durer plusieurs dizaines d’heures où les nerfs sont mis à rude épreuve. Les plus grands noms de la voile sont nombreux à avoir déjà accroché une, voire plusieurs Solitaires à leur palmarès : Michel Desjoyaux par exemple en a gagné 4. Si en 2003, Le Cléac’h avait devancé de 13 secondes seulement Alain Gautier, l’ex-skipper de BritAir a écrasé la concurrence l’année passée en raflant 3 étapes sur 4 et le général ! Engagé dans une préparation vers le Vendée Globe 2012 avec Banque populaire, le « Chacal » comme on le surnomme ne défendra pas son titre cette année, ce qui n’enlève rien au niveau toujours très relévé du plateau des concurrents de la Solitaire !

Armel Le Cléac'h remporte la première étape de la solitaire du Figaro 2010 à Gijon en Espagne, le 31 Juillet.

Armel Le Cléac’h en vainqueur à l’arrivée de la 1ère étape de la Solitaire 2010 à Gijon en Espagne.

Enfin, nombreux sont ceux qui passeront l’Eté à préparer les grandes échéances à venir, à savoir la Volvo Ocean Race pour l’équipe de Groupama 4 à Lorient, mais aussi la Transat Jaques Vabre, course transatlantique en double qui rassemble comme la Route du Rhum les voiliers des classes IMOCA, multi50 et class40. Répétition grandeur nature à un an du Vendée Globe pour certains, rêve de gosse pour d’autres, cette épreuve nécessite une grosse préparation entre qualification et mise à niveau du voilier, de quoi y passer l’Eté. Cela rappelle de beaux et récents souvenirs…

Julien BEHAGHEL




Grain de folie sur le Record SNSM 2011 !

14062011

Le class40 de Marc va être loué par Jérôme Douet (BT concept) pour le Record SNSM 2011, une régate cotière très médiatique de haut niveau organisée par la Société Nationale des Sauveteurs en mer depuis 2005 dans le but de soutenir cette association qui permet chaque année le sauvetage de nombreuses vies en mer.

 Une vedette de la SNSM dans le sillage des IMOCA lors du départ de la semaine du Record SNSM en Juin 2010. 

Une vedette de la SNSM dans le sillage des IMOCA lors du départ de la semaine du Record SNSM en Juin 2010. 

Il existe aussi un record permanent : du 1er Avril au 1er Octobre, tout le monde peut tenter sa chance sur un voilier de plus de 6,50 m pour parcourir au plus vite les 284 miles qui séparent St-Nazaire de St-Malo. Le record est actuellement détenu par Yves Bourgnon sur son trimaran 60 pieds Brossard; en 2006, il a mis 13 heures, 26 minutes et 49 secondes pour rallier St-Malo, soit plus de 21 noeuds de moyenne !

Comme l'an dernier, de nombreuses manifestations seront organisées dans le port de St-Nazaire pour sensibiliser le public sur l'action des bénévoles de la SNSM qui effectuent chaque année plusieurs milliers d'opérations de sauvetage.

Comme l’an dernier, de nombreuses manifestations seront organisées dans le port de St-Nazaire pour sensibiliser le public sur l’action des bénévoles de la SNSM qui effectuent chaque année plusieurs milliers d’opérations de sauvetage.

En plus des nombreuses manifestations sur le sauvetage en mer, l’attraction majeure pour le public reste la présence de voiliers et skippers renommés. Comme sur l’Armen Race se retrouveront des voiliers des catégories  G-class, multi50, IMOCA, class40, Figaro, mini 6,50, multi 2000, IRC et autres… Le public présent au départ aura l’immense chance de pourvoir admirer notament le plus grand trimaran de course au large au monde, Banque Populaire V (40 mètres !!!), en pleine action.  

Départ du Record SNSM 2010.

Départ du Record SNSM 2010. 

Marc a déjà participé à la semaine du Record SNSM, mais sur un bateau plus petit, son Pogo 8,50 « Bambino », à bord duquel avec un ami il avait accroché le podium dans sa catégorie. C’était en Juin 2006, et il s’était vu remettre son prix à St-Malo au milieu des stars de la classe IMOCA venues en nombre comme chaque année, à savoir Roland Jourdain, Mike Golding (vainqueur alors sur Ecover), Anne Liardet… 4 ans avant de les retrouver pour certains lors de la Route du Rhum 2010 à St-Malo de nouveau ! Or, depuis 2008, cette régate ne se court plus entre St-Nazaire et St-Malo, mais entre St-Nazaire et Sainte-Marine (au sud de Quimper, au niveau des îles Glénan), cela pour permettre aux arrivées de se succéder dans un laps de temps assez court. En effet, l’ennui que comportait l’ancienne formule était que les premiers arrivaient avec parfois plusieurs jours d’avance sur les amateurs. Avec les nouveaux parcours, amateurs et professionnels prennent le départ ensemble, peuvent se croiser durant la course et arrivent dans la même journée.

Il existe trois parcours :

- le parcours n°1, un aller-retour entre St-Nazaire et Ste-Marine, 180 miles à couvrir pour les moins rapides (IRC…).

- le parcours n°2, le même aller-retour mais en faisant un crochet par l’île d’Yeu au retour, soit 230 miles pour les class40, Figaro, multi 2000, mini 6,50…

- le parcours n°3, deux allers-retour entre St-Nazaire et Ste-Marine (sans passer par l’île d’Yeu), soit 360 miles environ pour les plus rapides, c’est à dire les concurrents de la G-class, les IMOCA, les multi 50…

Le départ sera donné le Dimanche 19 Juin vers 18 h 00 et le village de la course sera ouvert à partir de Vendredi (16 Juin). Les arrivées sont prévues autour des 20 et 21 Juin. Un suivi de la course sera organisé au village sur écran géant, avec analyse cartographique…

Plus d’infos sur le site de la course : www.recordsnsm.com

Grain de folie sur le Record SNSM 2011 ! dans Actu i1277190159

Thomas Ruyant sur Destination Dunkerque, avait remporté le Record SNSM 2010 en class40, quelques mois avant la Route du Rhum…

Banque populaire V sera présent au Record SNSM avec comme maître d’équipage, Loick Peron, la vainqueur de la Barcelona World Race 2010-2011 avec Jean-Pierre Dick. C’est l’info du moment, Peron a été choisi pour être à la tête de l’équipage qui devra mener ce maxi-trimaran à la victoire dans le Trophée Jules Verne. Il succède ainsi à Pascal Bidegorry, qui après une très longue période de stand-by à Brest, a connu l’échec après une avarie grave au niveau d’une dérive, avarie qui avait compromis cette tentative de record autour du monde. Espérons que la prochaine, en Novembre prochain, sera la bonne pour Loick Peron et l’équipage de Banque Populaire V

f083b757f3ff4bf3bbff07a007a5394e dans Actu

Loick Peron, skipper désigné pour mener l’équipage du maxi-trimaran Banque populaire V à la victoire dans le Trophé Jules Verne.

Si les skippers de la classe IMOCA sont des habitués du Record SNSM, ils ne seront en revanche pas très nombreux cette année à régater entre Saint-Nazaire et Sainte-Marine ; d’après le site web de la course, seul l’équipage d’Arnaud Boissière sur Akena Veranda s’est inscrit. Il faut chercher plusieurs raisons à cela.

Après la tenue de deux courses majeures à savoir la Route du Rhum – la Banque postale 2010 et la Barcelona World Race 2010-2011, de nombreux voiliers sont en chantier, en réparation ou en préparation en vue de la Transat Jacques Vabre 2011. De nombreux skippers sont aussi en recherche de sponsors et de bateau pour une participation au Vendée Globe 2012. Ainsi, si Bernard Stamm vient de finir la construction de son nouveau 60 pieds Cheminées Poujoulat et l’a déjà mis à l’eau dans le port de la Ciotat, Mike Golding, Samantha Davis, Jeremie Beyou ou encore Yann Eliès sont toujours à la recherche de partenaires ou de bateau (ou des deux).

6506501105120408041113592chemineespoujoulat

Bernard Stamm peut avoir le sourire : le suisse s’alignera sur le Vendée Globe 2012 sur son tout nouveau 60 pieds IMOCA, mis à l’eau le 12 mai 2011 à la Ciotat. 

 

chantiergroupebel

Le Vendée Globe 2012, Kito de Pavant y pense, mais pour l’heure son monocoque 60 pieds IMOCA Groupe Bel est encore en chantier à Port Camargue. Rapatrié par cargo depuis Ushuaia après une collision avec un cétacé ayant fortement endommagé la quille lors de la Barcelona World Race 2010-2011, le bateau doit être remis à l’eau courant Juin pour rejoindre Istanbul afin de disputer l’Europa Race.

Depuis le début de la saison, PRB et Safran n’ont rien manqué des régates bretonnes, mais les équipages de Vincent Riou et Marc Guillemot ne seront pas présents sur ce Record SNSM puisqu’ils sont déjà engagés dans un autre record, celui du Tour des îles Britanniques. Ils ont tout deux coupé la ligne de départ Samedi 11 Juin vers 23 h 50 heure française à trois minutes d’intervalle pour entamer un tour des îles Britanniques dans le sens est-ouest afin de tenter de battre le temps établi en 2009 par l’équipage de Dee Cafari (6e du Vendée Globe 2008-2009) sur Aviva, soit 6 jours 11 heures 30 minutes et 53 secondes sur les 1850 miles du parcours. Ce record sera battu si PRB ou Safran (ou les deux) bouclent la boucle le Samedi 18 Juin avant 9h16 (TU) pour Safran et 9h19 (TU) pour PRB.

 Parcours du Tour des îles Britanniques dans le sens est-ouest.

Parcours du Tour des îles Britanniques dans le sens est-ouest.

Les deux équipages ont profité de l’arrivée d’une dépression, ce qui rend cette tentative assez… humide : « Nous sommes au cœur d’une dépression qui rend la vie à bord inconfortable et très humide. Depuis hier soir, le vent est progressivement monté pour atteindre 44 nœuds constants en milieu de nuit. Nous naviguons sous grand-voile seule avec 3 ris, la mer est dure et sollicite beaucoup le bateau et l’équipage. L’ambiance à bord est toujours parfaite même si les yeux de chacun des cinq membres de l’équipe ne peuvent cacher la fatigue. » rapportait Marc Guillemot le mardi 14 Juin à 10h00 heure française, heure à laquelle Safran possèdait un retard d’une vingtaine de miles sur PRB.

L'équipage de Safran avant la tentative de record du Tour des îles britanniques le samedi 11 Juin 2011.

L’équipage de Safran peu avant le départ de la tentative de record du Tour des îles britanniques le samedi 11 Juin 2011 ; Marc Guillemot (2e en partant de droite) compte dans son équipe Yann Eliès (2e en partant de gauche), son co-skipper choisi pour la Transat Jacques Vabres 2011.

Une tentative de record à suivre sur les sites web des skippers : www.safransixty.com et www.prb.fr/voile_index.php

Julien BEHAGHEL




La voile à l’honneur ce week-end !

4062011

Les passionnés de voile doivent se régaler lors de ce week-end de l’Ascension. Du beau temps, du vent, mais aussi pour les amateurs les plus éclairés (voire les pros aussi), deux rendez-vous majeurs en Bretagne: le 10e Grand Prix de l’Ecole navale en rade de Brest, épreuve de référence de la monotypie en France, et bien sûr la première édition de l’Armen race, à laquelle a participé Marc en tant qu’équipier sur le multi50 La mer révèle nos sens de Philippe Laperche.

La voile à l'honneur ce week-end ! dans Actu er1297veloximages

Jeudi 2 Juin, départ des multi50, La mer révèle nos sens est bord à bord avec Actual (à droite) et Prince de Bretagne (à gauche).

Beau succès pour cette première édition de l’Armen Race, puisque près de 80 équipages ont pris le départ, jeudi 2 Juin dans l’après-midi en baie de Quiberon. Diverses catégories de voilier étaient admises, et si l’on comptait beaucoup de bateaux de la classe IRC, l’attention était tout particulièrement portée sur les bateaux des classes multi50, IMOCA, ultime, les vedettes de cette régate côtière.

Jeudi 2 Juin, baie de Quiberon, départ des IMOCA pour l'Armen Race 2011, dont Safran et Akena Veranda.

Deux des trois monocoques 60 pieds IMOCA au départ, Safran et Akena Veranda.

Jeudi 2 Juin, baie de Quiberon. Départ de l'Armen Race 2011.

L’Armen Race, ce sont aussi des dizaines d’amateurs sur des bateaux de tout types.

Sans grande surprise, c’est l’équipage de Sébastien Josse sur Gitana 11 qui est revenu le premier au port de la Trinité-sur-mer après avoir couvert les 300 miles du parcours côtier entre la Trinité, l’île de Sein et l’île d’Yeu. Sébastien Josse était visiblement satisfait à l’arrivée, Vendredi 3 Juin vers 7h00 :  »C’était la course idéale ! Nous avons passé ArMen à 20h40 au coucher du soleil, une vraie carte postale, c’était magnifique ! Du courant, des vagues, une vraie bouilloire ! Le parcours a toujours été venté avec 20-25 nœuds dans la baie d’Audierne et 18-20 nœuds le long des côtes. C’était parfait avec ce vent de terre et donc une mer relativement plate sur la moitié du parcours. On savait que nous allions boucler le tour assez rapidement donc nous avons été dessus non stop. Pas de quarts, juste le temps de manger un peu pour garder de l’énergie et rester vigilant.  » (source: www.armenrace.eu). Le maxi-trimaran Gitana 11 a bouclé les 300 miles en 14 heures 5 minutes et 20 secondes, réalisant donc une moyenne de 23,42 noeuds.

Vendredi 3 Juin, Baie de Quiberon. Après un peu plus de 14 heures de navigation à un peu plus de 23 noeuds de moyenne, le maxi-trimaran Gitana 11 en termine avec les 300 milles du parcours de l'Armen Race 2011.

Vendredi 3 Juin. Gitana 11 arrive en baie de Quiberon au petit matin. L’équipage de Sébastien Josse va remporter l’Armen Race 2011, en un peu plus de 14 heures !

Les arrivées se sont ensuite succédées durant ce Vendredi pour les multi50 et les IMOCA.

Vendredi 3 Juin, baie de Quiberon. Franck-Yves Escoffier et son équipage en finissent avec les 300 miles de l'Armen Race 2011 et s'offrent sur Crêpe Whaou! 3 la victoire en multi50 !

Arrivée de Crêpe Whaou ! 3 de l’équipage de Franck-Yves Escoffier, vainqueur en multi50.

Vendredi 3 Juin, arrivée de Safran en baie de Quiberon, vainqueur de l'Armen Race en 60 pieds IMOCA.

Arrivée de Safran, vainqueur en monocoques 60 pieds IMOCA.

Vendredi 3 Juin, baie de Quiberon, arrivée de PRB, 2e monocoque 60 pieds IMOCA de l'Armen Race 2011.

Arrivée de PRB, 2e monocoque 60 pieds IMOCA.

En ce qui concerne la course de Marc sur La mer révèle nos sens, l’équipage de Philippe Laperche a franchi la ligne d’arrivée à 23 h 48 Vendredi 3 Juin, en 8ème position toutes classes confondues, après 1 jour, 7 heures, 43 minutes et 41 secondes de navigation, soit une moyenne de 10,40 noeuds. La mer révèle nos sens est 4e des mutli50 avec l’abandon de Prince de Bretagne en cours de course pour panne électronique. Les impressions de Philippe Laperche à l’arrivée : « C’est vraiment une très belle idée d’avoir mélangé les bateaux, cela nous permet de voir les grands multicoques, de mélanger pros et amateurs. J’ai un vieux multi50, donc nous ne pouvions pas rivaliser avec le reste de la catégorie, nous avons fait route de notre côté. On a joué avec Safran et PRB jusqu’à Sein, c’était très intéressant et ensuite jusqu’à l’île d’Yeu avec Akena Veranda. Les inversions de thermique nous ont apporté du tout petit temps, nous sommes restés collés plusieurs heures dans l’Estuaire de la Loire. On a pu admirer les cargos en attente au mouillage et nous n’allions pas beaucoup plus vite qu’eux. Un peu désespérant! Nous avons passé un très bon moment, le format est super, il faut continuer ! » (source: www.armenrace.eu)

Julien BEHAGHEL




Marc participe à l’Armen Race 2011 !!!

31052011

Et c’est reparti ! Marc est invité par Philippe Laperche à participer à l’Armen Race 2011 à bord du multicoque 50 pieds La mer révèle nos sens, un voilier et un skipper qui ont fait leurs preuves sur la Route du Rhum – la Banque postale 2010, puisque Laperche a terminé 4e !!! D’autre part, ce multicoque n’est autre que le Crêpe Whaou ! numero 1, sur lequel Franck-Yves Escoffier a gagné le Rhum 2002 en multicoques de classe 2 (équivalent des multi 50), un bateau que Marc a d’ailleurs failli acheter pour faire le Rhum 2010. Plus d’info sur Philippe Laperche et son bateau : http://www.philippelaperche.com/

Marc participe à l'Armen Race 2011 !!! dans Actu lermerrevelelaperche001675

Le mutli50 La mer révèle nos sens de Philippe Laperche, 4è de la Route du Rhum – la Banque postale 2010, sur lequel Marc sera équipier lors de l’Armen Race 2011 en Juin. (crédit: AFP)

Marc aura le rôle d’équipier pour cette course qui se déroulera durant le week-end de l’ascension, du 2 au 5 Juin. L’Armen Race 2011 est la première du nom. Epreuve organisée par la Société Nautique de la Trinité (SNT), elle a été créée pour assurer une continuité avec les deux grands autres évenements nautiques de ce Printemps en baie de Quiberon, à savoir le Spi Ouest France et le Tour de Belle-Ile. D’après les organisateurs, il y aurait déjà près de 70 inscrits pour cette course ouverte aux voiliers des classes IRC, Multi 50, Figaro, M34, Class40, IMOCA et Ultimes. Autant dire qu’il y aura du beau monde. On pourra compter sur la présence d’Arnaud Boissière (Akena Veranda), Vincent Riou (PRB) ou encore Marc Guillemot (Safran) en classe IMOCA, mais aussi de Sébastien Josse et Francis Joyon qui seront les skippers des maxi-trimarans Gitana 11 et Idec.  Dans la catégorie des multi 50 dans laquelle évoluera Marc avec Philippe Laperche sur La mer révèle nos sens, il y aura bien sûr Franck-Yves Escoffier sur Crêpe Whaou ! 3, Yves Le Blévec sur Actual, Erwan Le Roux sur FenetreA Cardinal, et bien sûr le vainqueur de la Route du Rhum 2010, Lionel Lemonchois sur Prince de Bretagne.

 

Safran, le 60 pieds IMOCA de la Trinité-sur-mer, voilier considéré comme la référence actuelle en IMOCA (plan VPLP-Verdier), skippé par Marc Guillemot, référence de la course au large.

Marc Guillemot et son monocoque 60 pieds IMOCA Safran seront de la partie lors du week-end de l’ascension (crédit: AFP)

Le parcours est le suivant : les équipages partiront de la Trinité-sur-mer, vireront une bouée à proximité du phare d’Armen, au large de l’île de Sein près de la pointe du Raz, retourneront ensuite sur Belle-Ile, contournée par le Sud-Est. Ils passeront ensuite au Nord des îles Hoedic et Houat avant de plonger sur l’île d’Yeu en Vendée et enfin de remonter sur la Trinité-sur-mer, en laissant Houat et Hoedic au Sud. Il s’agit donc d’un parcours côtier long de 300 milles environ, qui sera peut-être bouclé en moins de 3 jours par le trimaran La mer révèle nos sens. Le départ aura lieu le jeudi 2 Juin dans la baie de Quiberon dans l’après-midi. Plus de précisions sur le site de la course : www.armenrace.eu .

Parcours de l'Armen Race 2011.

Parcours de l’Armen Race 2011 (www.armenrace.eu)

 

Julien BEHAGHEL




Encore plus d’une semaine pour Marc !

15112010

« Beaucoup de monde aujourd’hui sur le bateau. Hercule Poirot, Maigret, les Experts et toutes les équipes des feuilletons américains sont là pour élucider la présence de cadavres en série sur le bateau, qui n’est poutant pas sur le Nil. Etude de traces de sang, étude de la position des cadavres, etc… Ils m’ont fait grâce d’une autopsie. J’ai été accusé, mais rapidement innocenté, car ils n’ont trouvé aucune de mes empreintes sur et à proximité des cadavres et il n’y avait aucun mobile. De même pour les pintades.
Comme ils sont très fort, ils ont rapidement trouvé le principal coupable : une dorade qui a poussé ses poissons à voler, et de nuit ! Ils n’ont pas vu le bateau.
Par contre, même si j’ai pu être innocenté, ils m’ont fort justement fait des reproches. Je n’avais rien n’a faire ici. Est-ce que les poissons viennent chez moi provoquer des accidents ? Si je n’étais pas là pour satisfaire mon petit plaisir d’égoïste, trois poissons seraient encore vivant.
J’ai été condamné séance tenante à de la pétole.
Et voilà, encore encore des calmes. Alors que les fichiers météo affichent 15 noeuds, j’ai à peine 8 noeuds.
Moi qui pensait aller assez vite en passant par le nord et éviter en partie des calmes dans deux jours. Le sud devenait inaccessible avec des vent contraires et encore des calmes. Est-ce que je serai arrivé pour la remise des prix du 26 Novembre ? »

copiedep1030924.jpg

Je pourrais dire à Marc qu’il se trompe en pensant que ses petites histoires qu’il nous raconte n’intéressent personne ! Vous avez été nombreux à le faire savoir par vos commentaires (et je suis d’accord avec vous!). C’est vraiment très bien que Marc laisse autant de messages (qui recèlent en plus une pointe d’humour).

Marc a emporté une caméra sur son voilier et, sous réserve qu’elle ne tombe pas à l’eau, il devrait nous ramener plein d’images de sa traversée. Afin de vous faire patienter, je vous propose cette vidéo qui est composée d’images j’ai tournées lors de sorties avec le bateau cet été et que Marc a prises lors de sa qualification, 5 jours de navigation en solitaire pour couvrir 1000 miles afin de prouver aux organisateurs qu’il avait sa place au départ de la Route du Rhum (cf. articles de Septembre et Octobre). Et en plus de cela, un petit point sur la deuxième semaine de course pour Marc.

Côté course, chez les multi50, arrivée victorieuse cet après-midi de Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne), qui remporte pour la deuxième fois cette course mythique puisqu’en 2006, il avait gagné la Route du Rhum en multicoques 60 pieds. Il sera suivi de Lalou Roucayrol (Région Aquitaine), qui devrait arriver ce soir, et ça se bagarre pour la troisième place avec Loïc Fequet (Maître Jacques) et Philippe Laperche (La mer révèle nos sens) au coude à coude. En IMOCA, après l’arrivée ce matin de Marc Guillemot (Safran), Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) et Vincent Riou (PRB), respectivement 3e, 4e et 5e, Michel Desjoyaux (Foncia), le grand perdant, avec une option sud non payante, arrive cette nuit.
En class40, Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) garde toujours la tête et accroît son avance sur Nicolas Troussel (Crédit Mutuel de Bretagne).
La course est loin d’être finie pour certains ! Encore plus d’une semaine pour Marc normalement !

Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne), vainqueur de la Route de Rhum - la Banque postale 2010 en multi50.
Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) vainqueur ce soir en multi50, deuxième doublé 2006/2010 après celui de Roland Jourdain (Veolia environnement) en classe IMOCA samedi matin.

Julien BEHAGHEL

Et n’oubliez pas le jeu concours Galor France – les Pintades !




Grosse angoisse pour Marc !

14112010

« Grosse angoisse hier ! J’ai falli me retrouver comme Christophe Colomb naviguant un peu à l’aveugle dans l’Océan, mais tout seul pour tout faire: tenir la barre, faire les manoeuvres, me faire à manger et me reposer. En effet, le moteur refusait de démarrer, donc les batteries se déchargeaient, et je n’avais plus d’énergie pour le pilote, les instruments, l’ordinateur et l’iridium. Black out total ! Plus de GPS, plus de météo. Où suis-je ? Que fais-je ? Où vais-je ? Et la nuit tombait.
J’ai donc coupé toute consommation électrique et je m’apprêtais à passer la nuit à la barre tout en cogitant à la poursuite de la traversée qui, dans ces conditions, ne se présentait pas comme une partie de plaisir. Je me suis alors aperçu assez rapidement qu’en équilibrant bien les voiles et en attachant la barre, le bateau tenait la route avec le faible vent et l’allure de près. J’ai donc pu avoir la liberté de manger et de me reposer pas très loin de la barre dans le cockpit. Le lendemain, j’ai sorti carte, papier, compas, règle de cras et journal de bord, pour naviguer comme dans mon pas si jeune temps. Heureusement, j’avais un petit GPS de secours à pile qui me donnait quand même ma position. »

copiedep1030931.jpg
Un skipper de la route du rhum sait normalement aussi bien naviguer en utilisant tous les outils informatiques sophistiqués et les instruments disponibles aujourd’hui (pilote automatique, gps…) que naviguer « à l’ancienne. »

« Moteur: toujours rien. Batterie anormalement déchargée ?
J’ai alors appelé la personne compétente et sur ses conseils, j’ai fais un contrôle de toutes les connections. Une cosse de batterie desserrée explique la faible charge du moteur. On me demande d’effectuer certains branchements électriques sur le démarreur, sans succès. Je remets comme avant, et là, le doux bruit du moteur, qui pour une fois ne me cassait pas les oreilles, se fait entendre. Gagné !! Il démarre au quart de tour. Allez savoir ce qui l’empêchait de démarrer avant !
Je suis soulagé. Tous les appareils sont remis en marche et je peux de nouveau me reprendre la tête avec la météo. Les pintades sont bien contentes elles aussi. Ca me permet d’autre part de continuer de raconter mes petites aventures qui n’intéressent pas grand monde, mais qui pour moi me permettront de me souvenir.
A bientôt !
le 14/11/2010
Ah !! Hier on était le 13, c’est pour ça. »

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Nouvelle aventure pour Marc qui a failli être condamné à naviguer à l’ancienne. Cela explique-t-il les deux virements de bord de ces dernières heures ? Alors qu’il était peut-être privé de carte météo, on a pu remarquer qu’il a savamment manoeuvrer pour rester dans une zone ventée, et a ainsi pour l’instant évité cet anticyclone dont il nous parle depuis une semaine ! Toujours 37e, il devrait voir la Guadeloupe dans plus d’une semaine.

Roland Jourdain (Veolia environnement) remporte la Route du Rhum - la Banque postale 2010 en classe IMOCA, comme en 2006 !
Roland Jourdain (Veolia environnement), vainqueur de la Route du Rhum 2010 en classe IMOCA.

Côté course, Roland Jourdain (Veolia environnement), premier dans la classe IMOCA, réalise un doublé historique (il avait été premier IMOCA en 2006). Il fallait de l’expérience, du talent et une faculté à supporter le stress de la compétition pour dompter des adversaires qui pouvaient tous légitimement prétendre à la victoire. En effet, cette classe IMOCA était très homogène. Armel Le Cléac’h (Brit air) prend une belle deuxième place (il méritait la première). Marc Guillemot (Safran), Jean-Pierre Dick (Vibrac Paprec) puis Vincent Riou (PRB) vont compléter ce classement. En multi50, l’arrivée de Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) et Lalou Roucayrol (Région Aquitaine) devrait avoir lieu demain.
En class40, le nordiste Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) et le sudiste Nicolas Troussel (Crédit Mutuel de Bretagne) se rejoignent pour un duel au sommet à moins d’une semaine de la Guadeloupe. Ils devancent un groupe d’outsiders qui tiennent la cadence depuis le départ.

Lionel Lemonchois sur son trimaran 50 pieds
Lionel Lemonchois sur son trimaran 50 pieds Prince de Bretagne.

Les grandes stars de la course au large sont presque toutes arrivées, et cela inclue que la Route du Rhum, avant l’arrivée des class40 et des concurrents de la catégorie Rhum, va être moins médiatisée. Mais ne cessez pas de suivre la course ! La bagarre promet de continuer à être belle pour les concurrents qui restent en course (et qui sont les plus méritants, puisque ce sont eux qui restent le plus longtemps sur l’eau). Je compte sur vous pour que vous continuiez à suivre l’aventure de Marc jusqu’au bout !

Julien BEHAGHEL

POUR INFO: Galor France organise un jeu concours à l’occasion de la participation de Marc à la Route du Rhum – la Banque postale 2010. Nombreux lots à gagner (coffret soin thalasso à St-Malo, diner pour deux à Amboise, livres…) ! Pour jouer, cliquez ici.




Marc à la moitié du chemin.

12112010

« J’ai actuellement des conditions idéales. J’avance vite sur une mer plate avec un grand soleil (il fait un peu chaud). Il est rageant de savoir que dans 24 heures, tout va s’arrêter pour 12 heures de grosse pétole minimum. J’appréhende déjà ces heures sans vent avec les voiles qui claquent; ça va être très très difficile.
Et dire que je redoutais les coups de vent pour cette Route du Rhum !! Tout ce que j’espère, c’est que d’autres concurrents vont être ralentis comme moi, ce n’est pas très gentil mais c’est la course.
Mais après cet HP, je n’en ai pas terminé avec la dévente: la base d’un front froid sans vent arrive avec sans doute des orages.
Les panneux solaires fonctionnent bien, donc j’échange 10 litres de gasoil contre 10 litres d’eau et des plats cuisinés. Comme quoi la valeur des choses dépend de leur nécessité.
Je suis à mi-parcours; je ne pourrais même pas fêter ça avec des excès culinaires ! »
C’était l’extrait mail que Marc nous a envoyé. Il date de cet après-midi (vendredi).

Pour info, un HP est une zone de haute pression, c’est à dire une zone anticyclonique (c’est à dire peu de vent pour Marc).

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Alors qu’il ne nous envoyait pas de nouvelles les premiers jours, Marc est cette fois-ci devenu un véritable journaliste: depuis Jeudi, on pouvait lire quotidiennement sur le site officiel de la course, la chronique exclusive de Marc Behaghel, skipper de Ville de Saint-Grégoire, dans la rubrique Actualités. En tous cas, Marc n’a pas perdu de son humour, comme en témoigne l’article publié Jeudi (cf. article du blog précédent). L’article paru ce matin a été envoyé hier soir, et fait donc état de la situation de Jeudi soir (article tel qu’il nous l’a envoyé):

« A mi-orthotdromie »
 » Le Nord et le Sud ont toujours été mis en opposition sur notre bonne vielle Terre. Le problème Nord/Sud se retrouve au niveau climat, population, civilisation, saison, richesse… Et moi tout seul au milieu de l’océan, je rencontre le même problème : passer au nord ou au sud de l’HP ? Nord ? Sud ? Ce matin le logiciel de routage a fumé. J’ai même raté le petit déjeuner! En passant, je remercie Sodebo pour ses pains; ça ne vaut pas une baguette mais c’est appréciable quand on a la flemme d’aller à la boulangerie. De toutes façons, tout est fermé, c’est férié. Entre le routage, la vitesse réelle du bateau, la véracité des fichiers grib, les humeurs de l’HP d’un jour sur l’autre, de l’état de la mer, de l’âge du capitaine, de son intuition, de la position des petits copains même s’ils sont loin : à un moment il faut se décider ! »

« Et bien… c’est le Sud, bien que le routage soit plus favorable au Nord, mais je ne suis pas sûr de tenir les échéances imposées … et alors là, catastrophe d’après les fichiers ! Car l’HP se dirigerait plutôt vers le NE : je peux toujours m’échapper vers le sud où les alizés semblent se réinstaller, ou plutôt s’installer car ils avaient disparu. Par contre, ça allonge la route… mais, au point on en est !!
A part ça, ils ont remis l’eau chaude ; j’ai pu donc prendre une douche. C’est les pintades qui seront contentes car elles se plaignaient de quelques odeurs.
Aujourd’hui, je suis à la moitié de la longueur du parcours sur l’orthrodomie depuis Saint Malo : si je suis aussi lent que pour la première moitié, cela fera une arrivée dans 11 jours… ou plus ou moins… Les pintades aimeraient arriver assez vite car elles ont ouie dire qu’il y avait une cocotte minute dans le bateau et elles ne sont pas très rassurées.
Mauvaise nouvelles, la batterie de mon iridium est peut être HS… »

p1040544.jpg

L’anticyclone regonfle du fait d’une perturbation qui s’étend de l’arc antillais jusqu’aux îles britanniques, et qui donne aussi quelques orages dans la zone où sont situés les premiers class40. Si cet anticyclone va « planter » Marc pendant une douzaine d’heure (il nous en parle depuis le début de la semaine), il permet quand même aux alizés de se reformer sur la suite de la route vers les Antilles, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Mais il faudra, d’après le site de meteo consult (lien info météo sur le site officiel de la Route du Rhum), attendre jusqu’à Mardi prochain pour avoir du vent pour arriver sur les Antilles.
Marc a donc couvert la moitié du chemin entre St-Malo et Pointe-à-Pitre. Il lui reste environ une bonne dizaine de jours de course. S’il est marqué 36e dans le classement, il est toujours 37e. En effet, un concurrent qui le précède n’est pas localisé (soucis de balise argos) et a été ôté automatiquement du classement.
En parlant tout à l’heure de chroniques, je tiens à remercier un dénommé Olivier qui nous laisse chaque jour un commentaire croustillant d’humour mais dont il ressort aussi une bonne analyse de la course et de la météo. A lire absolument… comme tous les autres commentaires que vous nous laissez chaque jours. On essaie de transmettre à Marc.

p1040571.jpg

En attendant, vous allez certainement entendre parler de la Route du Rhum ce week-end parce que les leaders de la classe IMOCA (monocoques 60 pieds) et de la catégorie multi50 (multicoques de 50 pieds) sont à quelques encablures de la Guadeloupe. Dans la classe IMOCA, le tenant du titre, Roland Jourdain (Veolia environnement), conserve toujours une petite avance sur Armel Le Cléac’h (Brit Air) et ses poursuivants (Jean-Pierre Dick (Vibrac Paprec), Marc Guillemot (Safran) ou encore Vincent Riou (PRB)) qui se tiennent en moins de 120 miles. Rien n’est joué, puisque les skippers doivent composer avec une météo instable, un décalage entre les fichiers météo et les conditions météorologiques réelles, des zones de dévente…

Lionel Lemonchois, le dernier vainqueur de la Route du Rhum sur Gitana 11 (skippé par Yann Guichard en catégorie ultime)), évolue cette année en catégorie multi 50 sur Prince de Bretagne.
Lionel Lemonchois, vainqueur de la Route du Rhum 2006, ici interviewé deux jours avant le départ, est l’actuel leader de la catégorie multi50 sur Prince de Bretagne.

Même chose chez les multi50, plus au Sud que les IMOCA mais sur la même longitude. Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) et Lalou Roucayrol (Région Aquitaine) se livrent une bagarre sans répit : au pointage de 19h00 ce vendredi soir, le premier n’avait que 54 miles d’avance sur le second. L’arrivée des vainqueurs de la classe IMOCA et de la catégorie multi50 sera à suivre ce week-end. Et gardez aussi un oeil sur la course des class40. La flotte des 40 pieds est très éparpillée du nord au sud. Avec cette météo incertaine, toutes les options sont bonnes à prendre. Le suspens demeure.

Julien BEHAGHEL




Anticyclone en vue !

11112010

Hier soir, en zapant au hasard sur TV Rennes, nous sommes tombés sur un reportage sur la Route du rhum 2010 et plus particulièrement sur les régionaux de la course, les skippers d’Ille-et-Vilaine. Et quelle ne fut pas notre surprise de voir le voilier Ville de Saint-Grégoire en mer vu d’hélicoptère, l’espace d’une dizaine de secondes. Difficile de vous dire si ces images ont été tournées durant la course; elles ont pu être tournées lors de l’arrivée du voilier à St-Malo avant le week-end du 23 Octobre (même chose pour la seule photo aérienne du bateau). Quoi qu’il en soit, ça fait du bien de voir que l’on parle quand même de Marc, même s’il est dans les dix derniers de la flotte de cette Route du rhum, toutes catégories confondues.

copiedep1030924.jpg

Si vous avez jeté un oeil sur le site officiel de la course, vous avez pu voir que Marc a laissé un petit article (assez humoristique). Le voici retranscrit tel quel:

« Parfois il faut se calmer avec un peu de musique, de rangement voire même pour la première fois de la lecture qui permet de se vider un peu la tête. J’aimerais bien en profiter pour me remplir l’estomac mais vu le possible allongement de la durée de la traversée, je n’ose pas compenser sur la bouffe. Bien que j’ai appris que j’avais un troupeau de pintade dans les cales. Elles font un bruit de tonnerre car elles ne sont pas contentes que les poulets Fermiers de Loué soient devant. Elles essaient de ramer avec leur petites ailes dès que ça mollit mais je ne sais pas si c’est autorisé en course. C’est un certain Olivier qui les mis dans le bateau à mon insu à Saint Malo. Enfin si j’ai trop faim j’en passe une ou deux à la casserole !! Il commence à faire chaud la journée et la température de la mer monte 23 °. On peut rester la nuit à regarder le ciel étoilé et la fluorescence du sillage. Il faut bien quelques avantage à l’anticyclone. Au niveau course je n’ai pas malheureusement de concurrent à marquer, les plus proches, Voile 44 et Binic, semblent résolument descendre plein sud et je ne peux aller les marquer au prix d’un rallongement important de la route sans gain sur la force du vent. J’essaie donc d’aller le plus vite possible entre les obstacles anticycloniques.

A bientôt

Marc Behaghel (Ville de Saint-Grégoire)  »

Lors de l’édition précédente, le dernier concurrent en class40, qui était François Angoulvant sur Fermiers de Loué – Sarthe, avait traversé l’Atlantique en un peu plus de trois semaines (25 jours, 10 heures, 51 minutes et 30 secondes pour être précis). D’après ses propres prédictions, Marc devrait couper la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre après 26 jours de traversée.
Cette année, Marc avait deux bonnes raisons d’arriver devant François Angoulvant. Tout d’abord, le 40 pieds de Marc a fait la Route du Rhum 2006 skippé par David Lefebvre (le voilier s’appelait alors KNAUF Industries), et il avait terminé avant dernier, devant donc le bateau de François Angoulvant.
Et d’autre part, il n’a échappé à personne qu’il y avait aussi une petite rivalité dans la basse cour entre les poulets de Loué et les pintades de Galor France ! Cette année, si François Angoulvant a pris la route sud comme Marc, il a eu un meilleur début de course (pas de déviation forcée à cause d’ennui mécanique), et possède une avance sur Marc qui sera difficile à combler (surtout si Marc reste « planté » à cause de l’anticyclone).
François Angoulvant sur Fermiers de Loué - Sarthe, participe à la Route du Rhum 2010 en class40.

Mais Marc n’en a pas perdu le match pour autant: il pourrait se fixer comme objectif de passer sous la barre des 25 jours et de réaliser un meilleur temps que celui établi par François Angoulvant en 2006 !
Soyons réaliste, l’objectif principal de Marc est bien sûr d’arriver au bout, comme il faut le souhaiter à tous les concurrents. En effet, chaque jours, il y a des skippers victimes d’avaries. Les derniers en date sont Willy Bissante (Tradition Guadeloupe) qui a laissé s’échapper la moitié de son grand spi, et Jean-François Lilti (Citoyensdumonde.net) qui a perdu un de ses safrans. Et pour revenir au « record de lenteur », ne perdons pas de vue que la météo est un élément primordial qui décide de la course des skippers, et s’il y a 4 ans, les conditions étaient idéales pour une traversée rapide, comme en témoigne le record de Lionel Lemonchois (7 jours, 17 heures, 19 minutes et 6 secondes), ce n’était pas le cas cette année.

Thomas Coville (Sodebo), troisième de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.
Arrivée de Thomas Coville (Sodebo) hier en Guadeloupe.

Yann Guichard (Gitana 11) sera aujourd’hui le 4e concurrent à passer la ligne d’arrivée en Guadeloupe. Enfin, la bataille fait rage en multi 50 et en classe IMOCA où les premiers ne sont plus très loin des Antilles mais doivent faire avec des conditions météo très compliquées (en effet, il y a beaucoup de zones sans vent à éviter).

Julien BEHAGHEL







business of gfe |
Journal de Ludi, prof de fi... |
Equipes de France junior d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ARM-NT
| tha east stream
| titineturf