• Accueil
  • > Archives pour février 2015

Marc Behaghel troisième de l’étape !

10022015

C’est donc en soirée localement, à 2h58 heure française, que Marc a enfin coupé la ligne d’arrivée de cette deuxième étape de la Transquadra 2014 – 2015 jugée en face du port du Marin en Martinique. Le skipper du pogo 30 Bambino II a parcouru les 2700 milles qui séparent Madère de la Martinique en 16 jours, 14 heures, 58 minutes et 14 secondes !!! Une très belle performance, couronnée par un excellent classement : Marc termine troisième de cette étape, en temps réel et en temps compensé, beau résultat au regard du niveau de compétition et de préparation des concurrents !!! Une belle revanche sur cette première étape écourtée pour cause de panne de pilote automatique en Juillet dernier.

carto arrivee 2 - Copie

Marc arrivé troisième ce matin à 2h58 heure française. Sa trajectoire ressemble à celle d’une grande partie des concurrents: un départ sur la route directe, puis un plongeon vers le sud pour éviter des petites zones sans vent avant de remonter vers la Martinique.

Notre skipper aurait pu jouer une belle carte au classement général s’il en avait eu la possibilité, à condition d’avoir fait une belle première étape puisque le coefficient IRC de son pogo 30 est défavorable par rapport aux autres concurrents, et que les deux premiers ont tout de même creusé un bel écart lors de cette fin de course. Marc arrive en effet 34 heures après Pierrick Penven (Zephyrin) et 27 heures après Laurent Stoclet (Oxymore). A cette heure, le prochain concurrent de la flotte des solitaires de Saint-Nazaire à rejoindre l’arrivée devrait être Jean-François Hamon (Pour Aster) ou Philippe Ribau (Matmut), en mode furtif depuis plusieurs jours.

A venir (peut-être), le récit du skipper et quelques photos. De nombreux concurrents sont arrivés depuis ce matin, pas sûr que Marc ait sa petite interview et son petit article, mais bon on peut toujours espérer. Les organisateurs font un travail bénévole, bravo à eux !

Julien BEHAGHEL




Arrivée imminente en Martinique pour Marc !

9022015

Marc n’est plus qu’à quelques encablures de la Martinique, il devrait arriver au Marin cette nuit ou demain. D’après certaines prévisions, notre skipper devrait couper la ligne d’arrivée vers 3h du matin heure française. Extrait de son dernier mail envoyé vers 16h00 heure française : « Position à 14h42 TU (ndlr: temps universel, soit 15h42 heure française), 14°18 Nord 59°53 Ouest. J’ai peu de vent et beaucoup d’algues donc ça n’avance pas vite. J’arrive au plus tôt cette nuit ou demain matin. Je suis à côté du bateau Celtics. » (ndlr : Celtics est un équipage double de la catégorie des doubles de Saint-Nazaire, composé de deux frères à bord d’un JPK 960.)

carto3

Pointage de 21h00 heure française ce lundi 9 Février 2014. En rouge le bateau Celtics à proximité duquel doit naviguer Marc (position de 19h heure française). Le point rouge correspond à la position que Marc donnait à 15h42 heure française. Marc doit donc être à moins de 40 milles de la Martinique. (à partir d’une capture d’écran de http://transquadra.geovoile.com/2014/?leg=2)

Dans un sms envoyé à 19h30 heure française, le skipper de Bambino II nous annonce qu’il aperçoit la terre !!! Les sommets de la Martinique ou les hauteurs de Ste-Lucie, l’île située au Sud de la Martinique ? Il nous le racontera une fois arrivé. Courage, plus qu’une poignée de milles !!!

Marc devrait donc rallier en soirée heure locale les pontons du Marin, le suspens régnant toujours concernant une éventuelle troisième place, en manque de nouvelles de Philippe Ribau (Matmut). En cas d’insomnie, vous pouvez « suivre » l’arrivée sur www.transquadra.com ou sur la page facebook de la Transquadra. Mais il n’y aura pas d’actualisation de la cartographie toutes les 3 minutes, on n’est pas sur la Route du Rhum !! N’oubliez pas de visiter votre blog préféré demain.

Julien BEHAGHEL




Vers un podium ?

9022015

Alors que les premiers concurrents ont déjà franchi la ligne d’arrivée de cette deuxième étape au Marin (Martinique), Marc s’approche gentiment de l’arc antillais, et profite normalement de ses dernières 24 heures de navigation.

carto 6h 9 fev 2

Pointage de 6h00 ce lundi 9 février 2014. Marc sera le prochain à couper la ligne d’arrivée, sauf si Philippe Ribau (Matmut), en mode furtif depuis quelques jours, arrive avant Bambino II au Marin.

« Actuellement à 20 h45 TU, ma position est 13°58 Nord et 58°09 Ouest, à 170 milles de la Martinique. Il y a beaucoup d’algues et peu de vent, donc ça n’avance pas beaucoup. Je n’ai beaucoup de nouvelle de la course, mis à part le fait que plusieurs bateaux sont déjà arrivés, dont deux solitaires d’après leur position. J’arrive demain (ndlr : aujourd’hui) dans la nuit du 09 au 10 Février ou dans la matinée du 10. Je ne peux pas lutter contre les algues car dès que j’en enlève, elles reviennent très vite donc je suis obligé de les laisser et le bateau n’avance pas ; ça gâche le plaisir de cette belle navigation. »

Dans cet extrait de mail envoyé hier soir (dimanche), Marc nous donne donc sa position. Si vous regardez ce que nous donne la cartographie du site de la course, où à la mise à jour de 6h00 a été indiquée la position de Bambino II à 22h12 hier soir heure française, Marc a tout simplement de sérieuses chances de finir sur le podium de cette deuxième étape ! Pierrick Penven (Zephyrin) a franchi la ligne en vainqueur hier à 12h48 (heure locale), suivi par Laurent Stoclet  (Oxymore) ce matin à 0h19 (heure locale). Il reste donc une troisième place à jouer !

FVM_3232

Marc dans le port de Saint-Nazaire fin Juillet 2014 avant le départ de la première étape. (source transquadra)

Jean-François Hamon (Pour Aster), malheureusement empêtré dans les algues et en délicatesse avec ses voiles, est à plus d’une centaine de milles derrière Marc. Notre skipper hérite-il donc confortablement de sa troisième place ? Rien n’est moins sûr, car un autre concurrent n’est plus localisé depuis quelques jours, en la personne de Philippe Ribau (Matmut), partisan d’une route plus directe au Nord, qui avant de passer en mode furtif, avait un très bon classement. Rien n’est donc gagné pour Marc, qui peut néanmoins croire en de solides chances de podium ! Que ce soit en temps réel ou en temps compensé d’ailleurs, puisque l’avance de Marc et Philippe sur les autres concurrents est assez importante et les deux skippers ont en commun de naviguer sur le même type de bateau (des pogo 30), et d’avoir donc un coefficient IRC très proche (1,017 pour Marc, 1,016 pour Philippe). Suspens, suspens !!!

Zephyrin l’emporte.

Pierrick Penven a donc remporté cette deuxième étape haut la main, et ayant déjà enlevé la première étape, il remporte l’édition de cette Transquadra dans la catégorie des solos de St-Nazaire. Il déclare à l’arrivée : « Dans les algues j’étais à 7/8 nœuds mais c’est désagréable. C’est comme si tu skiais sur des cailloux au lieu de laisser une belle trace dans la poudreuse. Très frustrant, sans compter les problèmes de stabilité. Pour m’en sortir je faisais exprès de partir au tas. Et puis j’ai un peu merdé au départ de Madère avec un peu de molle. Sous Madère ils ont joué la courbe moi j’ai coupé trop tôt. Après, j’ai eu deux jours pour prendre une décision. Une aile de mouette à faire au nord ou le sud. Le code 5 (ndlr: une voile d’avant) a marché tout seul … Plein sud ! … Tout le reste c’est du bon souvenir. »

Félicitations à cet océanographe qui aura relié Madère à la Martinique en 15 jours, 5 heures, 48 minutes et 29 secondes. Pour suivre les informations, www.transquadra.com (ou la page facebook de la Transquadra).

Julien BEHAGHEL




La dernière ligne droite !

7022015

Deux semaines après le départ de cette deuxième étape donné de Quinta do Lorde (Madère), la majeure partie de la flotte est entré dans la toute dernière ligne droite vers la Martinique. En ce samedi 7 Février, les premiers concurrents sont d’ailleurs attendus au port du Marin, ils devraient couper la ligne d’arrivée vers midi heure locale (soit 17h00 heure française), après un peu plus de 14 jours de traversée.

IMG_2530

Marc à la barre de son pogo 30 Bambino II lors d’un entraînement l’été dernier en Bretagne.

Depuis hier (vendredi), Marc n’est plus localisé sur la cartographie du site de la course, mais nous supposons qu’il navigue toujours à proximité de celui qui le précède dans le classement des solos de Saint-Nazaire, Jean-François Hamon (Pour Aster), qui au pointage de 11h00 de ce samedi 7 Février 2014, pointe à un peu plus de 400 milles de la Martinique. Une progression au ralenti, dû à un vent relativement faible par rapport aux conditions rencontrées quelques jours auparavant, mais également à ce petit problème qui tatillonne l’ensemble de la flotte en approche de l’arc antillais : les algues !

Vous avez dit « sargasses » ?

Lines_of_sargassum_Sargasso_Sea

Ligne de sargasses (source wikipedia)

La flotte traverse en effet une zone de l’Atlantique Nord dénommée la « mer des Sargasses », du nom du genre d’algues qui y flottent en surface. Elle est délimitée par le Gulf Stream à l’Ouest, la dérive nord-Atlantique au Nord, le courant des Canaries à l’Est et le courant nord équatorial au sud. Loin d’être une petite attraction touristique pour skippers amateurs en vacances, la traversée de cette zone s’avère être assez délicate pour l’ensemble des concurrents. Marc  n’y échappe pas sur son pogo 30 Bambino II, comme en témoignent les mails envoyés ces derniers jours.

Mercredi 4 Février :

« Ça (ndlr: les algues) me ralentit beaucoup et c’est usant. J’en enlève dans les safrans et 5 minutes après c’est revenu. Je suis obligé d’arrêter le bateau et donc d’affaler le spi, de me laisser dériver en marche arrière pour faire partir les algues qui sont sous le bateau au niveau de l’hélice, puis de remettre le spi et deux heures après, il y en a autant. Je perds entre 2 et 3 nœuds quand il y en a beaucoup. Je ne sais pas si les autres bateaux sont aussi gênés. »

Jeudi 5 Février :

« Il y a de plus en plus d’algues, je les enlève des safrans quand il y en a trop sinon il faut faire avec. Heureusement qu’il n’y a pas de vent fort car ça pourrait être dangereux avec un bateau difficilement gouvernable. Il fait très chaud dans la journée (29 °C sur le pont et plus dans la cabine). »

Vendredi 6 Février :

« Toujours beaucoup d’algues, mais avec en plus des grains, de la pluie et du vent donc beaucoup de manœuvres sur le pont. J’essaie d’être performant jusqu’au bout. »

bambino 2 départ de la transquadra

Bambino II au départ de la première étape à Saint-Nazaire le 27 Juillet 2014.

Vous pouvez donc juger de l’état d’esprit de notre skipper, un brin agacé mais loin d’être découragé. Marc livre une très belle course jusqu’à présent, et peut se maintenir dans le top 5 s’il n’a pas perdu le contact avec le groupe de tête.

(Rappel: les positions sur http://transquadra.geovoile.com/2014/?leg=2 (solo St-Nazaire) et les actualités sur  http://www.transquadra.com ou sur la page facebook https://fr-fr.facebook.com/pages/Transquadra/213972661966974)

Julien BEHAGHEL




Marc de retour en mer !

4022015

Un peu plus de quatre ans après sa participation à la Route du Rhum – la Banque Postale 2010, Marc Behaghel renoue avec la course au large. Depuis samedi 24 Janvier, notre skipper navigue entre Madère et la Martinique, en solitaire sur son pogo 30 Bambino II (monocoque de 9,14 m), dans le cadre de la deuxième étape de la Transquadra 2014-2015, une course transatlantique en solitaire ou en double pour les amateurs de 40 ans et plus. Après 10 jours de course, notre skipper livre une course relativement satisfaisante ; malgré des soucis de géolocalisation, nous savons qu’il navigue dans le groupe de tête !

FVA_3778

Marc au départ de la première étape de la Transquadra 2014 – 2015 à Saint-Nazaire le 27 Juillet 2014. (source : www.transquadra.com)

La Transquadra se déroule en deux étapes : Saint-Nazaire – Madère en Juillet et Août 2014, et Madère – la Martinique en hiver 2015. Sachant qu’il y avait également un départ de Barcelone pour la première étape, la flotte des 93 monocoques présents au départ se scinde en 4 catégories : les solos et les équipages double de St-Nazaire et ceux de Barcelone. Dans sa catégorie, Marc affronte 12 autres skippers dont une femme. Ayant rencontré des problèmes de pilote automatique quelques heures après le départ de St-Nazaire en Juillet, Marc avait alors décidé d’abandonner. Néanmoins, il avait fait convoyer son bateau vers Madère en Septembre, et s’est donc aligné au départ de cette deuxième avec l’envie de bien faire, de prendre du plaisir aussi, la pression du classement général en moins.

La course de Marc.

pointage 27 janvier 21h

Marc apparaît en première position Mardi 27 Janvier au pointage de 21h !

Hors jeu pour le général, Marc n’a pourtant visiblement rien perdu de son esprit de compétition. Le skipper de Bambino II a tout d’abord eu droit à un départ nerveux, sous spi avec peu de vent (certainement dû au dévent au sud de Madère causé par le relief important de cette île volcanique). Puis les conditions météorologiques se sont légèrement musclées afin de rendre l’aventure un peu plus sportive et surtout plus humide… Des alizés (vents du Nord-est permettant une navigation au portant (=vent arrière)) certes, mais assez costauds ! Comme de nombreux concurrents, Marc a tout d’abord suivi l’orthodromie (la route directe) avant de virer mardi dernier (27 janvier) vers  le sud afin d’éviter la bulle anticyclonique qui se créait devant la flotte. Une option qui paie visiblement puisque notre skipper reste dans les premières positions. Voici quelques nouvelles de Marc envoyées par mail ce week-end.

« Je suis maintenant (ndlr : dimanche 1er février) dans les alizés bien établis et je vais avoir droit à des journées de spi jusqu’en Martinique. Je suis à peu près à mi-distance. Une arrivée prévue entre le 7 et 9 février.
Je descends encore un peu dans le sud chercher du vent un peu plus fort ; de toute façon je ne peux pas faire du plein vent arrière, donc il faut chercher dans la météo des zones de petite rotation des alizés. Je ne peux pas faire de routage, car j’ai eu des problèmes informatiques à Madère. Je comptais sur l’Ipad, mais le boitier qui permet la connexion avec le satellite ne fonctionne plus. Par contre, je peux recevoir des fichiers météos, mais ils ne sont pas très précis comme sans doute pour la plupart des autres bateaux.

J’ai déchiré le spi asymétrique a priori, ce qui est moins gênant pour la seconde partie de la course. Il est tombé à l’eau quand j’étais en train de l’affaler et a dû se déchirer sur les safrans. Plus grave, j’ai un tangon qui s’est légèrement tordu et je ne sais pas s’il est possible de l’utiliser malgré tout. J’ai un autre tangon mais c’était plus rapide et plus sécurisant d’empanner avec deux tangons.

IMG_2529

Navigation à bord de Bambino II en Juin 2014.

La première partie de la course a été assez ventée. J’ai perdu du temps à me décider pour le nord ou le sud car les fichiers météo étaient changeants. J’étais parti pour le nord pendant 8 heures puis j’ai changé d’avis car je ne le sentais plus en voyant les derniers fichiers. Du coup j’ai perdu 8 heures, mais je crois que beaucoup de bateaux hésitaient aussi.
Je ne sais pas si l’option que j’ai prise sera payante, je n’ai pas de nouvelles de la course à part les positions.

Le bateau se comportait très bien dans le vent soutenu de la première partie, maintenant c’est plus difficile car il lui faut du vent pour aller plus vite que les autres. Ces jours-ci il fait beau et chaud (27°C), trop chaud pour rester sur le pont pendant la journée, donc je barre le matin et en fin d’après-midi. Première douche hier !!! On voit des poissons volants et quelques rares oiseaux. »

La Martinique en fin de semaine ?

Concernant ces avaries, Marc est loin d’être le seul concerné. Et perdre un spi ou abîmer un tangon, ça reste moins grave qu’un démâtage (dont a été victime l’équipage de Laminak (double st-nazaire) en début de semaine dernière) ou qu’un chavirage (Zinzolin (double st-nazaire) a été couché par une déferlante et a chaviré, entraînant un démâtage… l’équipage sain et sauf a été récupéré par un cargo en fin de semaine dernière). Si vous suivez la course sur www.transquadra.com, vous avez dû vous rendre compte que l’actualisation des positions laissait à désirer ; Marc a en effet un problème de géolocalisation, et donne sa position moins régulièrement que les différents relevés quotidiens dont bénéficient les autres concurrents, ce qui explique que le soir Marc soit bien placé, puis rétrograde dans la journée avant d’être de nouveau dans les premiers…  Vous avez dû en revanche peut-être vous demander quand est-ce que le skipper de Bambino II allait mettre un coup de barre vers la Martinique et mettre un peu de nord dans sa trajectoire… La réponse nous est venue par mail cet après-midi.

« Hier (ndlr : lundi 2 février), journée compliquée à cause de la mer des Sargasses. Il y avait plein d’algues sur la mer qui se sont prises dans les safrans, ce qui m’a obligé à les enlever à la main plus de dix fois. Plus embêtant, il semble y en avoir au niveau de l’hélice et/ou de la quille car je sens que le bateau est freiné et que le pilote automatique travaille moins bien.

Sinon, j’ai empanné et maintenant je fais route plus directe sur la Martinique, mais j’ai encore 900 milles devant moi. »

Suite des aventures très prochainement !!!

IMG_2638

Bambino II croise un cargo lors du départ de la première étape le 27 Juillet 2014 à Saint-Nazaire.

Une course atypique.

La Transquadra, créée en 1993, est une course transatlantique faite pour les amateurs ayant envie de réaliser un rêve, traverser l’Atlantique dans le cadre d’une course, avec un budget abordable et un calendrier le plus en adéquation possible avec les contraintes professionnelles. Marc avait participé à l’édition 2005 – 2006, en solitaire à bord du pogo 8,50… Bambino. Il avait livré une course remarquable en terminant sixième de la première étape et quatrième de la deuxième étape se hissant à la quatrième place du général sur une vingtaine de concurrents ! Pour cette édition 2014 – 2015, près de 93 bateaux sont engagés, avec  18 skippers solitaires et 75 équipages en doubles (vous avez bien calculé, ça fait 168 skippers). Face au succès grandissant rencontré par cette course, les organisateurs ont décidé d’organiser deux départs sur le continent européen, le premier à Barcelone le 23 Juillet 2014, et le second à St-Nazaire le 27 Juillet.

Transquadra 2014-2015

Le départ de Madère le 24 Janvier 2015. (source transquadra)

A chaque étape sa difficulté. Après les 1100 milles d’une première étape rapide entre St-Nazaire et Madère l’été dernier, marquée par la traversée du Golf de Gascogne, la course se poursuit avec un plus gros morceau… Avaler les 2700 milles séparant l’île portugaise de la Martinique est loin d’être une formalité. A cette saison, les Alizés sont bien installés ce qui rend la navigation un peu plus confortable, mais le matériel et les skippers n’en sont pas moins éprouvés, comme en témoignent les différentes avaries ayant émaillé ces 10 jours de course. Les premiers skippers devraient arriver samedi.

Quelques précisions sur les règles et les classements.

La Transquadra est ouverte à tout skipper de plus de 40 ans naviguant sur un monocoque de longueur comprise entre 8,50 et 12,50 m, et dont le TTC (coefficient de temps compensé) se situe entre 0,949 et 1,051. En effet, pour garantir une certaine équité entre bateaux de caractéristiques différentes, le classement de la course ne s’effectue pas en temps réel mais en temps compensé. Le classement en temps compensé est obtenu en multipliant le temps réel par ce coefficient de temps compensé (TTC): temps compensé = temps réel x TTC.

Dans la catégorie où concourt Marc, le TTC varie de 0,950 à 1,017. Bambino II est affecté du coefficient… 1,017. Un peu désavantageux certes, raison de plus pour être le plus rapide !

Sur le site de la course, les deux types de classement sont disponibles sur le lien suivant: http://transquadra.geovoile.com/2014/?leg=2 . Le classement retenu est donc celui en temps compensé. Et le classement général est obtenu en additionnant les temps compensés de chaque étape.

Pour suivre la course : www.transquadra.com  (cartographie et classements : )

Vidéos

Voici des images du départ de Madère.

http://www.dailymotion.com/video/x2fwk6b

 

Julien BEHAGHEL







business of gfe |
Journal de Ludi, prof de fi... |
Equipes de France junior d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ARM-NT
| tha east stream
| titineturf