• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

L’arrivée en images…

29112010

Marc nous a envoyé les photos (et les vidéos) qu’a prises Didier Baget, un ami venu en zodiac assister à son passage sur la ligne d’arrivée. Prochainement, une vidéo sera publiée sur l’arrivée et le reportage de TVRennes sur la famille du skipper. Marc rentre à Rennes en fin de semaine, et m’a dit au téléphone que sa caméra avait fonctionné (par contre, on sait pas ce que ça donnera…).

Marc s'approche de Pointe-à-Pitre, escorté d'une embarcation de journalistes !!

C'est la fin de l'aventure pour Marc, qui s'approche de Pointe-à-Pitre.

Marc, sur son 40 pieds

Marc à vitesse grand V s'approche de Pointe-à-Pitre.

Une eau claire, le soleil, et Marc en t-shirt, prêt pour le ti-punch de l'arrivée!

Le 40 pieds

Marc s'approche de Pointe-à-Pitre.

Marc et son 40 pieds

Marc affale sa grande voile, qui avait été hissée à Saint-Malo. La grande aventure arrive à son terme.

Marc, heureux, assailli par les journalistes à son arrivée aux pontons à Pointe-à-Pitre (regardez la foule de l'autre côté)!
Regardez la foule sur le quai opposé !

Marc reçoit le ti-punch bien mérité. Il vient de terminer 35e de la Route du Rhum - la Banque postale 2010 !

Merci à Didier Baget pour ces photos.

Julien BEHAGHEL




Sous le soleil et la chaleur de la Guadeloupe…

28112010

Merci d’être encore plus d’une centaine à visiter le blog chaque jour. Vous avez bien raison car Marc va tenter de nous envoyer des photos de sa traversée cette semaine. Il devrait revenir en France métropolitaine à la fin de la semaine, et essaie de profiter de la chaleur et du soleil Guadeloupéen.

Marc (deuxième en partant de la droite), lors de la remise des prix des class40 et de la catégorie Rhum de la Route du Rhum - la banque postale 2010 à Pointe-à-Pitre le 26 Novembre.

Marc a été récompensé de sa 35e place en Class40 lors de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 lors de la remise des prix des class40 de la la catégorie Rhum à Pointe-à-Pitre le 26 Novembre. On reconnaît à sa gauche, je crois, Patrice Bougard (Kogane), et le guadeloupéen Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe).

Gilbert Cholet (Chimirec – EVTV) est arrivé cet après-midi à Pointe-à-Pitre, après 28 jours 4 heures 26 minutes et 2 secondes de traversée. Il est donc le dernier concurents de la Route du Rhum – la Banque postale 2010, et termine 40e au classement des class40. Il a malheureusement manqué la remise des prix de Vendredi soir, remise des prix qui concernait les concurrents de la catégorie Rhum et les class40.

Gilbert Cholet (Chimirec - evtv), 40e class40 de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.
Gilbert Cholet (Chimirec – EVTV), dernier (mais le plus méritant) des concurrents de cette Route du Rhum 2010.

Julien BEHAGHEL




Les moments forts de la course.

26112010

Marc est arrivé Mercredi après-midi à Pointe-à-Pitre, au terme d’une Route du Rhum épuisante, physiquement et moralement. Notre skipper était très heureux à son arrivée sur les pontons, une vidéo à voir sur le site de la course.

Marc se repose ces jours-ci sous le soleil de la Guadeloupe. Vous avez été très nombreux à suivre son aventure sur ce blog. Retour sur les moments clés de la course de Marc.

Marc assailli par les journalistes à son arrivée aux pontons à Pointe-à-Pitre.

31 Octobre à 13h02

Marc, sur son 40 pieds
Les premiers milles de Marc sur la Route du Rhum 2010 !

Ça y est, Marc coupe la ligne de départ de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 en compagnie des 84 autres participants. Après plusieurs mois d’une préparation très laborieuse, il a atteint son premier objectif : prendre le départ.
Marc effectue un bon départ pour quelqu’un qui n’est pas spécialement régatier. Mais il n’accompagnera les meilleurs que peu de temps. Le vent tombe à l’approche du cap Fréhel, et le temps de changer de voile, Marc se fait doubler par une grande partie des class40. Ce n’est que le départ cependant…

Marc sur son voilier
Premier changement de voile pour Marc.

Première semaine de course.
Marc semble décidé à contourner l’anticyclone des Açores par le Nord, comme la majorité de la flotte des class40. Commence alors une navigation très difficile au près, le bateau penché 24h/24 et qui tape violement à chaque vague.
Marc est prêt à affronter ces conditions difficiles pendant plusieurs jours, mais le matériel ne suit pas la volonté du skipper. La casse d’une pièce en haut du mât qui permet de hisser le solent, voile d’avant indispensable, le pousse à descendre au Sud vers l’Espagne pour chercher des calmes afin monter en haut du mât dans de bonnes conditions et si besoin, faire une escale technique à la Corogne.
Marc tente une ascension en haut du mât au large de la péninsule ibérique, dans une mer plate, et réussi, après plusieurs tentatives et non sans difficultés, à réparer l’avarie. Le voilà donc prêt à repartir, le moral un peu dans les chaussettes. En effet, contraint à une route Sud, il est dans les profondeurs du classement et la route jusqu’à Pointe-à-Pitre est encore très longue.

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Deuxième semaine de course.
Marc retrouve du vent et contourne l’anticyclone des Açores par le Sud. Il passe sous les Açores vers le 10 Novembre. Il tente alors de remonter vers le Nord pour retrouver le gros de la flotte des class40 mais peste alors contre une bulle anticyclonique prévue sur ses fichiers météo dans les jours suivant et qui pourrait le planter dans la pétole alors que les autres skippers prendraient encore de l’avance.
Autre problème : la route va être plus longue que prévue, et Marc commence à économiser sur la nourriture.
Marc reste 37e toute la semaine.
Durant le week-end du 13 Novembre, il contourne cette bulle anticyclonique par le Nord, et se débrouille même très bien, alors qu’il rencontre un très gros problème : son moteur ne démarre plus, les batteries commencent donc à être à sec, donc plus de pilote, plus d’ordinateur, plus de fichiers météo, et navigation à l’ancienne… Heureusement, ça ne durera que quelques heures.

copiedep1030924.jpg

Troisième semaine de course.
Marc doit encore négocier des bulles anticycloniques et doit composer avec une météo très instable. Il passe néanmoins 36e, puis 35e en fin de semaine.
La Guadeloupe se rapproche et des vents portants très forts sont annoncés pour la descente sur les Antilles. Mais Marc va encore vivre un week-end de galères, avec entre autre un spi coincé en haut du mât, qui le pousse donc à y monter pour la 3e fois.

Derniers jours de course.
Le vent souffle fort et Marc file à toute vitesse, comme ses autres concurrents qui commencent à rêver à la 35e place. Voulant éviter toute avarie supplémentaire, Marc fait attention à son bateau, tout en faisant des surfs à 20 nœuds. Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe) lui reprend la 35e place le 23 Novembre. Mais si le Guadeloupéens arrive le premier le soir même à l’Est de la Guadeloupe, Marc arrive peu après par le Nord. Le duel peut commencer.

Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe), 36e de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.
Le guadeloupéen Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe), en course contre Marc pour conserver la 35e place.

24 Novembre.
Marc et Willy se livrent une bataille palpitante pour cette 35e place. Les écarts sont faibles. Alors que vers midi, Marc passe la bouée de Basse Terre avec une nette avance sur son concurrent, celui-ci choisi la route la plus courte au près et reviens très près de Marc qui tire des bords dans la dernière ligne droite. Mais Marc l’emporte, pour une dizaine de minutes, et termine 35e de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 en 24 jours, 3 heures, 15 minutes et 23 secondes !

Marc l'a fait ! Il est allé au bout de sa traversée et termine 35e de la Route du Rhum 2010!

Voilà donc cette course résumée en quelques lignes. Lisez les articles précédents (si ce n’est déjà fait) sur l’arrivée et les premières impressions de Marc.
Pointe-à-Pitre attend encore l’arrivée d’un concurrent: Gilbert Cholet (Chimirec – EVTV), dernier class40, doyen de la course, à plus de 300 miles des côtes guadeloupéennes.

Julien BEHAGHEL




La course de Marc en chiffres.

25112010

Marc a coupé hier à 16h17 heure de Paris la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre, quelques minutes avant Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe) et termine donc 35e de cette Route du Rhum – la Banque postale 2010 en class40. Pas de nouvelles de lui encore aujourd’hui (il doit certainement récupérer des heures de sommeil), mais la vidéo et la vacation d’hier nous ont permis de savoir qu’il était très heureux.

Quelques images de son arrivée hier après-midi:

C'est fait ! Marc vient d'en terminer avec sa traversée. Il termine 35e de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Marc l'a fait ! Il est allé au bout de sa traversée et termine 35e de la Route du Rhum 2010!

Marc, heureux, à son arrivée sur les pontons à Pointe-à-Pitre.

Marc assailli par les journalistes à son arrivée aux pontons à Pointe-à-Pitre.

Les quelques chiffres de cette Route du Rhum pour Marc :

24 jours, 3 heures, 17 minutes et 23 secondes pour relier St-Malo à Pointe-à-Pitre.
Il termine 35e des class40, et coupe la ligne 6 jours après le vainqueur Thomas Ruyant (Destination Dunkerque).
Sur le parcours théorique de 3539 milles, Marc effectue une moyenne de 6,11 noeuds.
Côté galères, il est monté 3 fois en haut du mât et a eu une panne ou du moins un problème de moteur.

Par ailleurs, rappelons que c’était sa 3e traversée de l’Atlantique, après la Transat des Alizés 1990 et équipage et la Transquadra 2005/2006 en solitaire en deux étapes. Néanmoins, c’est sa première traversée de l’Atlantique en solitaire d’une seule traite.
La Route du Rhum – la Banque postale 2010 était la première course à laquelle participait Marc en Class40.

Pour les amateurs de statistiques, voici l’historique des classements, l’évolution de l’écart par rapport au premier et l’évolution de la vitesse moyenne (source: site officiel de la Route du Rhum – la Banque postale 2010).

classement.png

distpremier.png

vitesse.png

Côté course, les autres class40 restants sont presque tous arrivés. Jimmy Dreux (Voile 44 – Région Guadeloupe) enlève la 37e place, le belge Denis Van Weynbergh (Green Energy 4 seasons – Diabetics Challenges), termine 38e et enfin, l’autre skipper de Rennes, Marc Joly (Binic, un port dans la ville), finit 39e.
Toutes catégories confondues, il reste encore un skipper en mer, et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit du doyen de cette Route du Rhum 2010, Gilbert Cholet (CHIMIREC – EVTV), 60 ans, qui a encore plus de 400 milles à couvrir avant l’arrivée. Etant donc le plus méritant des 85 skippers partis de St-Malo, Gilbert Cholet mérite votre attention jusqu’au bout (son blog: http://routedurhum40-60.allmyblog.com ).
Même si Marc est arrivé et que la course est finie pour lui, continuez de visiter notre blog au cas où il nous envoie un mail.

Julien BEHAGHEL




Un skipper heureux !

25112010

Allez sur le site de la course pour voir la vidéo de l’arrivée de Marc. Remarquez comme il a fondu! 10 kilos de perdus d’après lui.
Continuez de visiter le blog parce que peut-être que Marc nous enverra encore des mails ces jours-ci et on espère qu’en revenant sur Rennes la semaines prochaine, il nous ramène plein d’images de sa traversée qui seront publiées sur ce blog.

Marc l'a fait ! Il est allé au bout de sa traversée et termine 35e de la Route du Rhum 2010!

On rappelle les chiffres: Marc est arrivé cet après midi après 24 jours 3 heures 15 minutes et 23 secondes de traversée. Il termine 35e de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 en class40.
La course est donc terminée pour Marc, qui ne manquera pas la remise des prix du 26, et en tant que blogmaster, je suis très heureux d’avoir eu depuis le 31 Octobre entre 200 et 300 voire 400 visiteurs par jours sur le blog! Hier, le compteur de visite dépassait les 440 visiteurs ! Et merci à tous pour tous les encouragements que vous avez postés: depuis Septembre, près de 340 commentaires ont été postés, dont 277 depuis le départ ! Nous n’avons pas pu tout transmettre à Marc mais ça lui a fait du bien au moral de savoir que tant de gens à terre étaient derrière lui.
C’est un skipper heureux qui est arrivé à Pointe-à-Pitre cet après midi, heureux d’avoir réaliser un grand rêve et d’avoir su surmonter tous les nombreux obstacles rencontrés durant la préparation et la course. Ci-dessous, copié collé de l’extrait de la vacation d’arrivée sur les pontons, article publié sur le site officiel de la course:

Marc vient d'en terminer après plus de 24 jours de navigation.

« C’était bien avec des moments durs, des moments très sympas comme les deux derniers jours dans du vent portant. je me suis bien amusé, j’ai fait un surf à 21 noeuds, c’était vraiment agréable. Les derniers milles autour de la Guadeloupe, c’était super, j’ai vraiment vécu la course lors de cette bataille avec Willy (Bissainte). Je me suis arraché pour revenir dessus… Sinon, j’ai pas mal souffert du manque de vent, de la pétole avec les voiles qui claquent. J’ai particulièrement aimé les nuits au clair de lune, j’ai vu un arc en ciel la nuit, je ne savais pas que ça existait. J’ai vu aussi des orages avec des éclairs partout. De très belles d’images. C’était une super expérience, et je suis très content de l’avoir fait même si au départ cela a été très difficile de me préparer pour cette Route du Rhum du fait de ma profession. J’ai eu pas mal de galères. Je suis monté trois fois dans le mât pour décoincer un spi, réparer une pièce etc…. J’ai vraiment envie de manger, j’ai dû perdre au moins dix kilos. C’est super d’arriver ici : le soleil, l’ambiance… Je suis impressionné par la course des premiers, par leur capacité à aller vite tout le temps. C’est ça qui fait la différence. »

Côté course, Jimmy Dreux (Voile 44 – Région Guadeloupe) vient d’enlever la 37e place des class40 et Marc Joly (Binic, un port dans la ville), l’autre skipper de Rennes, va en terminer lui aussi.

Julien BEHAGHEL




Premières impressions…

24112010

Marc a touché terre, très heureux comme on peut le deviner au son de sa voix, une voix un peu rajeunie (ça va surprendre ceux qui connaissent Marc) ou alors c’est parce que je ne l’ai pas entendue depuis 3 semaines.

Je vous rappelle que Marc a terminé cet après-midi 35e de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 à l’issue d’un duel épique avec Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe). Il a traversée l’Atlantique en 24 jours, 3 heures, 15 minutes et 23 secondes. Par rapport à sa dernière Route du Rhum, le bateau a amélioré son temps de plus de 16 heures ! Lire l’article précédent et les commentaires de Yves Glémot pour en savoir plus sur cette fin de course.

Marc BEHAGHEL

Julien BEHAGHEL




Marc 35e de la Route du Rhum 2010 !

24112010

Ça y est, Marc a franchi la ligne d’arrivée de la Route du Rhum – la Banque postale 2010 à 16h17 et qui plus est devant Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe). Marc termine donc 35e !!!!!! Il aura mis 24 jours 03 heures 15 minutes 23 secondes pour relier St-Malo à Pointe-à-Pitre. Sur le parcours théorique de 3 539 milles, Marc Behaghel et Willy Bissainte affichent une vitesse moyenne de 6,11 nœuds.

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Vous pourrez voir ce soir normalement sur le site de la course, ses impressions sur les pontons et quelques images, peut-être, de son arrivée.
Au passage de la bouée de Basse Terre vers midi, Marc avait une belle avance sur le skipper guadeloupéen. Mais sur la dernière ligne droite, contraint de tirer des bords, Marc a vu le skipper du class40 Tradition Guadeloupe se rapprocher de lui, puis naviguer proche des côtes, menant une route plus courte mais moins ventée (donc moins rapide). Duel épique qui a finalement tourné à l’avantage de Marc !!!!!!
Désolé, je n’avais peut-être pas toute ma tête lorsque j’ai écrit dans l’article précédent que vous pourriez lire les commentaires de Yves Glémot au cours de la journée: comment auriez-vous pu les lire, je n’étais pas là pour les valider!
Lisez donc les commentaires de Yves Glémot « en direct » toute la journée.

Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe), 36e de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.
Beau duel sur la fin avec le skipper guadeloupéen Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe).

Julien BEHAGHEL




Marc repasse 35e à l’approche de Basse-Terre!

24112010

Je viens de me lever et j’ai la grande joie de voir que trois bateaux sont presque bord à bord à l’ouest de la Guadeloupe, et surtout de voir que c’est Marc qui mène devant Jean-Paul Froc (Eurosanit, en catégorie Rhum) et surtout Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe).
Cette nuit, Marc est arrivé par le Nord alors que les deux autres concurrents arrivaient par l’Est. Vers 4h00 du matin, heure française, ils se trouvaient tous au Nord-Est de l’île, et pour l’instant, à 7h30, Marc garde un tout petit avantage sur les deux autres. Suivez en direct l’arrivée sur le site de la course avec la cartographie mise à jour toutes les 3 minutes.
Qui passera en tête à la bouée de Basse-Terre ? Réponse dans moins d’une heure (vers 8h00/8h30).

Si tous se passe bien, Marc devrait donc passer la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre aujourd’hui, plutôt en fin de matinée voire en début d’après midi (voire en début de soirée parce que je n’ai pas les indications sur les vents et je ne sais pas s’ils vont finir en trombe ou bien au ralenti). Toujours est-il que si Marc arrive avant 13h02, il aura mis moins de 24 jours pour réaliser cette traversée, ce qui serait un record pour le bateau (en 2006, skippé par David Lefebvre (Knauf Industries), le temps était de 24 jours, 19 heures, 23 minutes et 42 secondes) !
Yves Glémot, en contact avec Marc, laisse de nombreux commentaires intéressants sur ces dernières heures de course à lire absolument.
Aller Marc !

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Julien BEHAGHEL




Marc BEHAGHEL vs Willy Bissainte ! Duel pour la 35e place.

23112010

A l’heure où je vous écrit cet article, Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe), qui précède Marc de 16 miles par rapport à la distance au but d’après le pointage de 19h00, vient d’arriver au large de la Guadeloupe. Ça va donc être le cas pour Marc dans les heures qui suivent. Les deux skippers, respectivement 35e et 36e au classement, vont entamer leur tour de l’île cette nuit (pour nous en France). Et la bagarre pour la 35e place va donc battre son plein dans les prochaines heures !
A mon grand regret, je ne pourrai vous faire vivre demain ces dernières heures de course de Marc: en effet, le sort a décidé que ma JAPD (Journée d’Appel de Préparation à la Défense) ait lieu le 24 Novembre. Pour suivre la course en temps quasi-réel, je vous renvoie donc sur le site officiel de la course, avec sur la page d’accueil la cartographie de la Guadeloupe actualisée toutes les 3 minutes. Ne manquez rien de cette dernière (on l’espère) journée de course de Marc.

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Marc aura la chance d’être bien accueilli, parce que la foule se pressera certainement sur les pontons pour à l’occasion de l’arrivée d’un régional, Willy Bissainte, qui devrait normalement franchir la ligne d’arrivée juste après Marc.
Notre skipper fonce sur la Guadeloupe en approchant des 12 noeuds, et voici un extrait du mail qu’il nous a envoyé cet après-midi:

« C’est la dernière ligne droite! Depuis deux jours, je suis assez secoué parce que le vent souffle entre force 5 et 7, voir force 8 (j’ai eu une rafale à 41 nds). La mer s’est donc formée, et ajouté à la vitesse du bateau, les mouvement de celui-ci sont brutaux; il bouge dans tous les sens et il faut s’accrocher pour se déplacer à l’intérieur. On se cogne partout. Le bruit est bien sûr toujours présent. »

« J’ai été obligé de réduire progressivement la voilure car le bateau se couchait régulièrement (départ au lof pour les initiés), même sans spi. J’ai donc fini par prendre deux ris dans la grande voile pour éviter de casser des lattes quand j’étais obligé de tout choquer avec la voile qui battait dans les départ au lof. A l’avant, j’alterne entre génois et gennaker. Bon, que du plaisir! De toutes façons, hier, j’ai payé mes « exploits » en haut du mât: j’ai eu des douleurs partout et une grosse fatigue, si bien que j’ai pas mal dormi… Et j’ai donc perdu une place au classement, mais cela est lié aussi au chemin que je suis obligé de faire compte tenu de la direction du vent. Car, en fait, je vais toujours plus vite que le 95 (Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe)) qui est repassé devant moi. Je n’ai que 20 milles à rattraper. Je pourrais mettre une voile d’avant plus grande mais je crains les contrôles radar (en effet, je n’ai plus beaucoup de points sur mon permis) et surtout les sorties de route avec casse en tous genre. Et puis, le 95 est un guadeloupéen, et doit donc être hyper-motivé. Surtout, il doit surtout très bien connaître le coin et va certainement effectuer le tour de la Guadeloupe en un temps record, accompagné de tous ses supporters. Ce qu’il faut, c’est que je me rapproche suffisament pour le suivre, car le tour de l’île la nuit n’est pas facile, avec des calmes liés au dévent derrière la Soufrière. »

Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe).
Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe) aura l’avantage de parfaitement connaitre le terrain pour les derniers miles de cette Route du Rhum.

Sinon il fait beau, il n’y a plus de gros grains et la mer est d’un bleu particulier à ces latitudes tropicales avec le haut des vagues toutes blanches: c’est un beau spectacle. Je rencontre toujours beaucoup de poissons volants, même la nuit parfois, lorsque certains montent dans le bateau (un poissons a atterri à mes pieds dans le cocpikt cette nuit: le poissoni vient à toi, c’est pas de la pêche ça !!). Mais si je les entends ou si je les vois, je les remets à l’eau. J’ai assez à manger jusqu’à l’arrivée. J’ai aussi vu des oiseaux, signe que la terre n’est plus très loin, un paille en queue et une frégate, des oiseaux du coin qu’on ne trouve pas sur nos côtes bretonnes. Il y a quelques jours j’ai vu, je ne savais pas que cela pouvait exister, un arc en ciel la nuit avec la lumière de la pleine lune (qui m’accompagne chaque nuit d’ailleurs). Cela donne un dégradé de blanc gris et un arc plus bas sur l’horizon.

copiedep1030924.jpg
Marc pendant sa qualification en Septembre.

Avec les mouvements du bateaux, c’est difficile de faire sa petite toilette journalière et surtout de se raser. J’ai une tête qui commence à faire peur! Les pintades se bouche le nez et détournent la tête quand elles me croisent. Elles ne sont pas terribles non plus, mais c’est bien connu, on ne sent que l’odeur des autres. »




La Guadeloupe se rapproche…

23112010

Marc est passé 36e, doublé par Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe). Il descend à vitesse grand V sur les Antilles et devrait arriver au large de la Guadeloupe demain. Voici un extrait du mail qu’il nous a envoyé à 16h00:

« C’est la dernière ligne droite! Depuis deux jours, je suis assez secoué parce que le vent souffle entre force 5 et 7, voir force 8 (j’ai eu une rafale à 41 nds). La mer s’est donc formée, et ajouté à la vitesse du bateau, les mouvement de celui-ci sont brutaux; il bouge dans tous les sens et il faut s’accrocher pour se déplacer à l’intérieur. On se cogne partout. Le bruit est bien sûr toujours présent. »

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

« J’ai été obligé de réduire progressivement la voilure car le bateau se couchait régulièrement (départ au lof pour les initiés), même sans spi. J’ai donc fini par prendre deux ris dans la grande voile pour éviter de casser des lattes quand j’étais obligé de tout choquer avec la voile qui battait dans les départ au lof. A l’avant, j’alterne entre génois et gennaker. Bon, que du plaisir! De toutes façons, hier, j’ai payé mes « exploits » en haut du mât: j’ai eu des douleurs partout et une grosse fatigue, si bien que j’ai pas mal dormi… Et j’ai donc perdu une place au classement, mais cela est lié aussi au chemin que je suis obligé de faire compte tenu de la direction du vent. Car, en fait, je vais toujours plus vite que le 95 (Willy Bissainte (Tradition Guadeloupe)) qui est repassé devant moi. Je n’ai que 20 milles à rattraper. Je pourrais mettre une voile d’avant plus grande mais je crains les contrôles radar (en effet, je n’ai plus beaucoup de points sur mon permis) et surtout les sorties de route avec casse en tous genre. Et puis, le 95 est un guadeloupéen, et doit donc être hyper-motivé. Surtout, il doit surtout très bien connaître le coin et va certainement effectuer le tour de la Guadeloupe en un temps record, accompagné de tous ses supporters. Ce qu’il faut, c’est que je me rapproche suffisament pour le suivre, car le tour de l’île la nuit n’est pas facile, avec des calmes liés au dévent derrière la Soufrière. »

Le voilier de Marc toutes voiles (neuves) dehors pour l'arrivée à St-Malo, 10 jours avant le départ de la Route du Rhum - la Banque postale 2010.

Sinon il fait beau, il n’y a plus de gros grains et la mer est d’un bleu particulier à ces latitudes tropicales avec le haut des vagues toutes blanches: c’est un beau spectacle. Je rencontre toujours beaucoup de poissons volants, même la nuit parfois, lorsque certains montent dans le bateau (un poissons a atterri à mes pieds dans le cocpikt cette nuit: le poissoni vient à toi, c’est pas de la pêche ça !!). Mais si je les entends ou si je les vois, je les remets à l’eau. J’ai assez à manger jusqu’à l’arrivée. J’ai aussi vu des oiseaux, signe que la terre n’est plus très loin, un paille en queue et une frégate, des oiseaux du coin qu’on ne trouve pas sur nos côtes bretonnes. Il y a quelques jours j’ai vu, je ne savais pas que cela pouvait exister, un arc en ciel la nuit avec la lumière de la pleine lune (qui m’accompagne chaque nuit d’ailleurs). Cela donne un dégradé de blanc gris et un arc plus bas sur l’horizon.

copiedep1030924.jpg
Marc pendant sa qualification en Septembre.

Avec les mouvements du bateaux, c’est difficile de faire sa petite toilette journalière et surtout de se raser. J’ai une tête qui commence à faire peur! Les pintades se bouche le nez et détournent la tête quand elles me croisent. Elles ne sont pas terribles non plus, mais c’est bien connu, on ne sent que l’odeur des autres. »

Julien BEHAGHEL







business of gfe |
Journal de Ludi, prof de fi... |
Equipes de France junior d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ARM-NT
| tha east stream
| titineturf